Droits de scolarité au Québec : un débat de société

Line Beauchamp démissionne, Michelle Courchesne lui succède

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Le point de presse de Line Beauchamp

La ministre de l'Éducation et vice-première ministre du Québec, Line Beauchamp, quitte la politique. Elle en a fait l'annonce lundi après-midi lors d'un point de presse avec le premier ministre du Québec, Jean Charest. La présidente du Conseil du trésor, Michelle Couchesne, lui succède dans ses fonctions.

Confrontée à un mouvement de grève des étudiants qui entame sa 14e semaine, Line Beauchamp a dit avoir échoué « à régler un conflit important ». « J'en assume la responsabilité », a-t-elle ajouté. « Je fais l'ultime compromis que je puisse faire : je cède ma place », a lancé celle qui était aussi vice-première ministre du Québec.

Mme Beauchamp a soutenu « avoir les meilleurs intérêts du Québec comme seuls guides ». Elle a assuré ne pas avoir cédé « devant la violence et l'intimidation », « devant le vandalisme [...] et la désobéissance civile ». Se disant en « mode solution », elle a dit espérer que son geste « servira un peu d'électrochoc ».

« Je démissionne parce que j'estime que je ne fais plus partie de la solution. » — Line Beauchamp

La conférence téléphonique à laquelle elle a participé avec les leaders des associations étudiantes (FEUQ, FECQ, CLASSE et TaCEQ), en matinée, a joué dans sa décision, a-t-elle dit.

« Ma dernière conversation téléphonique avec les représentants des quatre associations étudiantes m'a amenée à constater que personnellement, j'avais perdu confiance dans leur volonté de régler le conflit et que nous ne partagions pas les mêmes valeurs du respect de la démocratie et des élus de l'Assemblée nationale », a dit Mme Beauchamp.

Elle a déploré que les étudiants aient rejeté la tenue d'une commission parlementaire pour définir« les économies dans la gestion des universités applicables à une diminution de la contribution étudiante ». La suggestion, a-t-elle dit, s'est butée à une fin de non-recevoir. « Ma question était simple : "Faites-vous confiance ou pas aux élus du peuple québécois?" La réponse a été non. Les associations étudiantes ne font pas confiance aux élus du peuple », a-t-elle regretté.

Elle a répété qu'elle était convaincue de la nécessité de réinvestir dans les universités, ajoutant que les étudiants devaient « faire leur juste part ».

Line Beauchamp quitte aussi ses fonctions de députée de Bourassa-Sauvé. Sa démission prend effet immédiatement.

Jean Charest remercie une « femme exceptionnelle »

Jean Charest a salué « [la] patience, [le] courage et [la] très grande détermination de celle qui a travaillé à ses côtés pendant une dizaine d'années. « La décision de Line m'attriste, mais cette décision nous la respectons », a-t-il ajouté, affirmant qu'il avait « tenté de [la] retenir ».

« Les citoyens de Bourrassa-Sauvé perdent aujourd'hui une députée dévouée qui les a représentés avec beaucoup de passion et de conviction et, pour nous, c'est une parlementaire appréciée, efficace et respectueuse qui nous quitte », a poursuivi le premier ministre. « Le Québec que tu as si bien servi, que tu aimes profondément, gardera de toi le souvenir d'une femme exceptionnelle », a-t-il ajouté en s'adressant à Mme Beauchamp.

« Tout ce que Line a fait, elle l'a fait avec le soutien de ses collègues. L'équipe qu'elle laisse derrière va continuer avec la même détermination. » — Le premier ministre Jean Charest

M. Charest a en outre affirmé que la patience du gouvernement était à bout, rappelant les efforts qu'il a déployés ces dernières semaines : bonification du programme de prêts et bourses, mise en place d'un mécanisme de remboursement de la dette proportionnel au revenu et étalement de la hausse des droits de scolarité sur sept ans au lieu de cinq.

« Ce conflit a déjà trop duré. La patience des Québécois a atteint ses limites. [...] Nous avons tendu la main, la réponse a toujours été la même : c'est non », a déclaré le premier ministre.

Michelle Courchesne assermentée

Le premier ministre Jean Charest et la nouvelle ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, au cours de la cérémonie d'assermentation. Le premier ministre Jean Charest et la nouvelle ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, au cours de la cérémonie d'assermentation.

En fin d'après-midi, la présidente du Conseil du trésor, Michelle Couchesne, a prêté serment comme ministre de l'Éducation, un poste qu'elle a déjà occupé de 2007 à 2010, mais aussi comme vice-première ministre. Elle conserve ses responsabilités au Conseil du trésor.

Troisième femme à accéder au poste de vice-première ministre

Michelle Courchesne devient la troisième vice-première ministre en huit mois. Ses prédécesseures, Nathalie Normandeau et Line Beauchamp, ont toutes deux démissionné.

Michelle Courchesne a convoqué les représentants des associations étudiantes ainsi que ceux des cégeps pour deux rencontres distinctes mardi.

Ce n'est pas une nouvelle venue dans ce dossier. Elle avait présidé la rencontre d'une vingtaine d'heures qui avait réuni à Québec les représentants des quatre principales associations étudiantes, de la Fédération des cégeps, de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) ainsi que des leaders de centrales syndicales qui représentent des professeurs (CSN, FTQ, CSQ).

Elle avait alors été perçue par les représentants étudiants comme plus conciliante que sa collègue. Mais il ne semble pas que le changement de ministre signifie un nouveau mandat.

Au cours d'un point de presse, Mme Courchesne s'est engagée à « maintenir le lien de communication » avec les représentants étudiants. Le plan de financement des universités, c'est-à-dire la hausse des droits de scolarité, va être « mis en oeuvre », quoi qu'en pensent les leaders étudiants, a-t-elle cependant fait comprendre d'entrée de jeu. « Je connais assez le ministère de l'Éducation pour vous dire que le temps presse. Nous ne pouvons laisser perdurer cette situation plus longtemps. »

« Je suis tout à fait d'accord avec le premier ministre : ce chemin qu'ils doivent parcourir, ils ne l'ont pas parcouru. » — La ministre Michelle Courchesne

Après la rencontre, elle fera un rapport au gouvernement, a-t-elle indiqué.

Le gouvernement prendra alors « ses responsabilités » pour mettre fin aux turbulences, a dit M. Charest, à ses côtés.

Une heure avant la démission-surprise de Mme Beauchamp, Jean Charest avait annoncé : « Il y a des choses qui vont changer. » Il a dit vouloir discuter au cours de la semaine de respect des droits étudiants et d'annulation de la session. Interrogé par les journalistes à Lévis, il a cependant exclu l'idée d'une loi spéciale imposant le retour en classe ou d'un moratoire sur la hausse des droits de scolarité.

Les représentants étudiants, qui se sont entretenus avec l'ex-ministre Beauchamp quelques heures à peine avant son départ, ne s'attendaient pas à ce développement.

Biographie en bref de Line Beauchamp

Line Beauchamp a fait le saut en politique aux élections générales de 1998 dans la circonscription de Sauvé, à Montréal, où elle a été élue sous la bannière du Parti libéral, alors dans l'opposition.

Elle a ensuite remporté les trois élections générales suivantes dans la nouvelle circonscription de Bourassa-Sauvé.

À l'élection de 2003, les libéraux prennent le pouvoir et elle entre au Conseil des ministres, à la Culture et aux Communications. À compter de février 2005, elle sera aussi responsable de la région de Montréal.

Elle est directrice de la campagne du PLQ lors des élections de 2007, puis devient ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs.

Lors du remaniement d'août 2010, elle est nommée ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, en remplacement de Michelle Courchesne, qui s'en va au Conseil du Trésor.

Elle occupait également le poste de vice-première ministre du Québec depuis le 7 septembre 2011, à la suite de la démission de Nathalie Normandeau.

Femme forte du gouvernement Charest, elle n'aura toutefois pas résisté à l'ampleur de la grève des étudiants, l'une des plus longues de l'histoire du Québec.

En complément