Martin Cauchon gagne la partie

Daniel Thibeault explique la situation.

À quelques jours d'un possible déclenchement d'élections, les libéraux ont fermé le couvercle sur une controverse qui divisait de plus en plus l'aile québécoise du parti.

L'ex-ministre effectuera bel et bien son retour en politique dans Outremont, solution choisie par les libéraux pour mettre fin à l'affrontement avec le député Denis Coderre. La candidate de ce dernier tentera plutôt sa chance dans Jeanne-Le Ber.

Ainsi, l'ex-ministre libéral de la Justice, Martin Cauchon, fera bel et bien un retour en politique en tentant de regagner son ancienne circonscription d'Outremont, comme il le voulait.

La candidate que le lieutenant québécois du Parti libéral du Canada, Denis Coderre, avait choisie pour cette circonscription, la femme d'affaires Nathalie Le Prohon, tentera plutôt de remporter l'investiture de la circonscription de Jeanne-Le Ber, dans le sud-ouest de Montréal.

Nathalie Le Prohon, candidate libérale

Pourtant, lundi dernier, le chef libéral Michael Ignatieff disait avoir tranché en faveur de Mme Le Prohon dans Outremont, suivant ainsi la recommandation de M. Coderre, qui ne voulait pas d'assemblée d'investiture dans cette circonscription.

Toutefois, après avoir essuyé un refus de Martin Cauchon en lui offrant Jeanne-Le Ber, M. Ignatieff a déclaré vendredi matin que les discussions se poursuivaient en vue de rallier l'ex-ministre, qui ne voulait pas d'autre circonscription qu'Outremont, qu'il avait représentée pendant 11 ans.

À l'initiative de Mme Le Prohon

En point de presse, vendredi après-midi, Michael Ignatieff a soutenu que c'était Nathalie Le Prohon elle-même qui l'avait appelé en matinée pour lui dire qu'elle préférait participer à une investiture ouverte dans Jeanne-Le Ber.

M. Ignatieff a salué son jugement politique, ajoutant qu'il avait été impressionné par ce geste. Le chef libéral a décrit Mme Le Prohon, une ancienne haute dirigeante de Nokia Canada et d'IBM Canada, comme une « femme redoutable ».

Michael Ignatieff, chef du Parti libéral du Canada Michael Ignatieff

Comme s'il voulait mettre fin à ce qui était devenu un affrontement entre MM. Coderre et Cauchon, Michael Ignatieff a souligné leur « esprit de compromis ». Il a félicité Denis Coderre pour son leadership, et Martin Cauchon pour son dévouement au Parti libéral. Le chef libéral a toutefois précisé que les deux hommes ne commenteraient pas les derniers développements, pour des raisons personnelles.

Le chef libéral a qualifié cette conclusion de victoire pour son parti, et a soutenu qu'il était à la tête d'une équipe unie qui allait remporter les prochaines élections générales. Des analystes ont toutefois plutôt parlé de défaite morale pour le lieutenant québécois Denis Coderre.

En vertu de la décision de Michael Ignatieff, des assemblées d'investiture auront lieu à la fois dans Jeanne-Le Ber et dans Outremont. Les observateurs s'entendent toutefois pour dire qu'avec la candidature de Martin Cauchon, les jeux sont faits dans Outremont, où il n'y aura aucun autre candidat.

Lors des élections générales du 14 octobre 2008, le néodémocrate Thomas Mulcair a conservé Outremont en l'emportant par 2300 voix sur le libéral Sébastien Dhavernas. M. Mulcair détient cette circonscription depuis une élection complémentaire tenue en septembre 2007.

Dans Jeanne-Le Ber, le bloquiste Thierry St-Cyr a conservé son siège en l'emportant par quelque 1200 voix sur le libéral Christian Feuillette. En janvier 2006, M. St-Cyr avait délogé la libérale Liza Frulla, à l'issue d'une lutte très serrée.

Le Parti libéral a toujours l'intention de retirer sa confiance au gouvernement conservateur de Stephen Harper en présentant une motion entre le 1er et le 7 octobre. S'ils parvenaient à rallier les deux autres partis d'opposition, le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique, cela entraînerait la chute du gouvernement et des élections générales, les quatrièmes en cinq ans au Canada.

Facebook