Mario Dumont nomme son « cabinet fantôme »

Pierre Duchesne dit qui fait quoi dans le cabinet fantôme de Mario Dumont.

Dès le lendemain de l'annonce de la composition du Conseil des ministres, le chef de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale, Mario Dumont, annonce la composition de son « cabinet fantôme ».

Tous les députés de l'ADQ auront chacun un dossier à défendre. Gilles Taillon, l'adjoint du chef de l'opposition officielle, sera porte-parole de l'ADQ aux Finances, face à la ministre Monique Jérome-Forget.

Le chef adéquiste n'a pas manqué de souligner l'importance du rôle de l'opposition officielle en démocratie parlementaire. « Une opposition vigilante est la clé d'une démocratie en santé », a-t-il dit, « et cette vigilance, l'ADQ l'exercera avec une rigueur de tous les instants ».

Mario Dumont a donc identifié les responsabilités qui sont dévolues aux députés en vue de la prochaine session, qui débutera le 8 mai prochain.

À ses propres fonctions de chef de l'opposition officielle, Mario Dumont ajoute la responsabilité des Affaires intergouvernementales canadiennes. Il aura comme vis-à-vis à ce titre le ministre Benoît Pelletier.

Sans surprise, le député de Chauveau, Gilles Taillon, s'est vu confier le titre de porte-parole de l'opposition officielle en matière de Finances, en plus d'assumer la responsabilité d'adjoint au chef Mario Dumont.

Responsabilités parlementaires et sectorielles:

  • Mario Dumont: Chef de l'opposition officielle, Affaires intergouvernementales canadiennes
  • Gilles Taillon: Adjoint au chef de l'opposition officielle, Finances
  • Sébastien Proulx: Leader de l'opposition officielle, Réforme électorale et Réforme parlementaire, Accès à l'information
  • Sylvie Roy: Leader adjointe de l'opposition officielle, Sécurité publique
  • François Bonnardel: Whip en chef de l'opposition officielle, Habitation
  • Lucille Méthé: Whip adjointe, Services gouvernementaux
  • Pierre Gingras: Président du caucus, Transport

Députés ayant des responsabilités sectorielles:

  • Pierre-Michel Auger: Emploi
  • Pascal Beaupré: Jeunesse
  • François Benjamin: Culture et Communications
  • Hubert Benoît: Capitale nationale et Régimes de retraite
  • Éric Caire: Santé et Services sociaux
  • Martin Camirand: Affaires municipales
  • Éric Charbonneau:Allégement réglementaire et PME
  • Jean Damphousse: Transport aérien, ferroviaire et maritime
  • Albert De Martin: Agriculture
  • Robert Deschamps: Ressources naturelles
  • François Desrochers: Éducation
  • Simon-Pierre Diamond: Développement durable et Environnement
  • Jean Domingue: Famille
  • Éric Dorion: Solidarité sociale
  • Raymond Francoeur: Politique de la ruralité
  • Jean-François Gosselin: Tourisme
  • Ginette Grandmond: Aînés et aidants naturels
  • Janvier Grondin: SAAQ, Organisation électorale
  • Linda Lapointe: Développement économique, Métropole
  • Éric Laporte: Services sociaux et Assurance-médicaments
  • Lucie Leblanc: Condition féminine
  • Claude Lécuyer: Justice
  • Sylvain Légaré: Loisir et Sport
  • Christian Lévesque: Conseil du Trésor et Administration gouvernementale
  • Richard Merlini: Énergie
  • Claude Morin: Revenu
  • Catherine Morrisette: Immigration et Communautés culturelles
  • André Riedl: Affaires internationales et Exportation
  • Jean-François Roux: Régions
  • Claude Roy: Faune et Parcs nationaux
  • Monique Roy-Verville: Action communautaire
  • Sébastien Schneeberger: Affaires autochtones
  • Jean-François Therrien: Travail

Le député des Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard, ne figure pas sur la liste des porte-parole de l'opposition, étant le candidat de l'ADQ au poste de vice-président de l'Assemblée nationale.

Mario Dumont

En conférence de presse à la suite de la nomination de son « cabinet fantôme » , Mario Dumont a déclaré que la prochaine session serait axée sur la qualité des services à la population et les finances.

Il se dit prêt à collaborer avec le gouvernement sur plusieurs enjeux, avec une « grande ouverture d'esprit » mais, dit-il, on ne lui « fera pas avaler des couleuvres ».

Le chef de l'opposition a dit qu'il n'était pas contre les diminutions d'impôt, mais il a envoyé un message très clair à la ministre des Finances, Monique Jérome-Forget. Selon lui, la diminution d'impôt annoncée en campagne électorale, ne doit pas se faire à même les sommes d'Ottawa pour diminuer le déséquilibre fiscal.

M. Dumont a aussi insisté pour qu'on tienne compte des recommandations du vérificateur général sur le budget afin de ne pas « oublier » certains déficits.

Facebook