Au tour de l'ADQ

Assermentation des élus de l'ADQ

Les 41 députés de l'Action démocratique du Québec élus le 26 mars ont été assermentés à l'Assemblée nationale, jeudi après-midi.

Les 41 élus de l'Action démocratique du Québec sont assermentés au Salon rouge de l'Assemblée nationale. Dans son discours de clôture, Mario Dumont les invite à « agir avec doigté et sagesse ».

Le chef du parti, Mario Dumont, a été le premier à prêter serment dans la salle du Conseil législatif. Puis, c'était au tour de chaque élu de faire de même, par ordre alphabétique de la circonscription qu'il représente. Ils devaient prêter allégeance à la reine et jurer qu'ils défendront loyalement les intérêts des Québécois.

Alors que l'opposition est habituellement plutôt morose lors de la cérémonie d'assermentation, cette fois-ci, l'ambiance était joyeuse. Les députés adéquistes arboraient tous un grand sourire car leur parti a gagné le statut d'opposition officielle aux dernières élections.

Curieusement, le drapeau du Canada était absent de la cérémonie. Quand les libéraux prêtent serment, le fleurdelisé et la feuille d'érable se côtoient. Cette fois-ci, l'ADQ avait délibérément choisi de n'afficher que cinq drapeaux du Québec.

Discours de Mario Dumont

Mario Dumont

Dans son discours de clôture de l'assermentation, le chef de l'ADQ a rappelé aux élus combien le travail des députés était important face à un gouvernement minoritaire. Il leur a dit qu'ils devront agir avec doigté et sagesse pour s'assurer que les meilleures politiques seront adoptées.

Si les décisions du gouvernement Charest vont dans le sens des principes adéquistes, a-t-il dit, nous les appuierons, sinon l'ADQ va s'y opposer.

M. Dumont a rappelé à plusieurs reprises que les priorités des adéquistes allaient à la classe moyenne, à la famille, aux aînés, ainsi qu'à la saine gestion des finances. Il a répété que la politique était entrée dans un autre siècle, que les choses pouvaient changer et que l'ADQ pouvait faire mieux.

Il a d'ailleurs été très dur envers ses prédécesseurs en terminant son discours.

« Le pouvoir politique ne peut plus se comporter en souverain aveugle et prendre des décisions contraires à l'intérêt public. » — Mario Dumont

Après son discours, Mario Dumont n'avait pas prévu de période de questions pour la presse. Ce n'est que lorsque le premier ministre Charest aura annoncé la composition de son cabinet que le chef de l'opposition officielle dévoilera les membres de son cabinet fantôme.

Caucus et budget

Juste avant l'assermentation, les adéquistes ont tenu leur deuxième caucus depuis les élections. Il a surtout été question de budget puisque, dès la reprise des travaux à l'Assemblée législative, le 8 mai, le gouvernement doit déposer un nouveau budget.

Mario Dumont à la sortie du caucus

Mario Dumont a déjà indiqué que son parti allait probablement voter contre ce budget parce qu'il ne veut pas que le gouvernement Charest baisse les impôts des contribuables à même l'argent obtenu de la péréquation.

En campagne électorale, Jean Charest avait promis d'utiliser les 700 millions de dollars de plus que le Québec va recevoir en péréquation pour réduire le fardeau fiscal des particuliers.

Pour Mario Dumont, la priorité n'est pas de réduire le fardeau fiscal, mais d'équilibrer les finances publiques. Le président de l'Action démocratique et nouveau député, Gilles Taillon, veut que le gouvernement présente un budget équilibré avant de penser à réduire les impôts.

Selon le vérificateur général du Québec, le budget provincial est déficitaire notamment parce qu'il n'inclut pas le déficit des hôpitaux.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Facebook