Le français perd toujours du terrain au Canada

Les langues des Canadiens - Denis Ferland

L'usage de la langue française poursuit son lent déclin au Canada et au Québec, selon le portrait de la situation linguistique déposé par Statistique Canada mardi matin.

Dans ce document élaboré à partir des données du recensement de 2011, on apprend que 30,1 % des Canadiens sont capables de soutenir une conversation en français contre 30,7 % lors du dernier recensement, en 2006.

Selon Statistique Canada, environ 10 millions de personnes au Canada affirment être en mesure de soutenir une conversation en français contre 9,6 millions lors du dernier recensement.

Cette légère augmentation est absorbée cependant par la progression de l'anglais et des nombreuses autres langues parlées au pays, notamment le mandarin, dont l'usage a augmenté de 51 % au Canada depuis 2006.

Faits saillants

  • Un cinquième de la population du Canada parlait à la maison une langue autre que le français ou l'anglais en 2011;


  • Plus de 200 langues étaient parlées au Canada en 2011;


  • 58 % de la population canadienne parlait uniquement l'anglais à la maison alors que 18,2 % parlait seulement le français;


  • Le nombre de Québécois qui ont affirmé parler uniquement le français à la maison est passé de 75,1 %, en 2006, à 72,8 % en 2011;


  • Au Québec, 78,9 % de la population a déclaré avoir le français comme langue maternelle en 2011, comparativement à 79,6 % en 2006;


  • À l'extérieur du Québec, le nombre de francophones de langue maternelle est aussi en baisse, passant de 4,3 % à 4,2 %;


  • De toutes les provinces, c'est en Alberta que le français comme langue parlée le plus souvent à la maison a progressé le plus entre 2006 et 2011. La population ayant déclaré parler le français le plus souvent à la maison était de 32 400 en 2011 comparativement à 23 515 en 2006. En additionnant le nombre de personnes disant parler régulièrement le français à la maison, on passe de 56 685 en 2006 à 74 220, soit 17 000 personnes de plus.

La situation au Québec

Sur presque tous les plans, le français poursuit aussi son déclin au Québec et la langue parlée à la maison ne fait pas exception.

Ainsi, la proportion de la population québécoise ayant déclaré le français comme langue la plus parlée au foyer a légèrement diminué, passant de 82,7 % en 2006 à 82,5 % l'an dernier.

Les Québécois ne sont par ailleurs plus que 72,8 % à parler uniquement le français à la maison, contre 75,1 % en 2006.

Mais si le français est désormais moins utilisé de façon générale autour de la table familiale québécoise, les immigrants, eux, sont de plus en plus nombreux à parler la langue de Molière à la maison.

Alors qu'ils étaient 21 % en 2001 et près de 23 % en 2006 à utiliser le français au sein de leur foyer, ils sont maintenant 24 %.

L'anglais perd aussi du terrain

L'anglais au Québec a aussi connu un recul pendant la même période.

C'est la population immigrante qui a déclaré parler à la maison à la fois le français et une langue autre que l'anglais qui a connu la plus forte augmentation, passant de 3,8 % en 2006 à 5 % l'an dernier. La proportion de la population ayant déclaré parler l'anglais et une autre langue que le français est quant à elle passée de 2,5 % à 2,8 %.

Par ailleurs, le nombre de Québécois ayant déclaré parler uniquement l'anglais est passé de 6,6 % à 6,2 % de 2006 à 2011.

Les données sur la langue parlée à la maison pourraient avoir un effet important sur le futur du français comme langue maternelle au Québec.

Car la langue parlée le plus souvent à la maison est celle qui sera probablement transmise aux enfants, est-il noté dans l'analyse de Statistique Canada.

Et la diversité est de plus en plus présente au pays. Un cinquième de la population du Canada parlait une langue autre que le français ou l'anglais en 2011.

Le français d'est en ouest

Au Nouveau-Brunswick, le nombre de personnes de langue maternelle française a légèrement augmenté depuis 2006, mais le poids de la communauté a diminué.

En Ontario, la population franco-ontarienne a pour sa part légèrement cru depuis 2006.

Enfin, dans l'ouest, les Canadiens sont plus nombreux en 2011 à déclarer que le français est présent dans leur vie, mais leur poids tend toutefois à diminuer par rapport aux statistiques de 2006.

Le bilinguisme recule aussi

Malgré de légères augmentations du nombre de personnes s'exprimant dans les deux langues officielles entre 2006 et 2011, la proportion de Canadiens bilingues a diminué au pays en 2011.

Le nombre de personnes capables de soutenir une conversation dans les deux langues officielles a augmenté de 350 000 personnes entre les recensements de 2006 et 2011, pour atteindre 5,8 millions de personnes. Mais cette augmentation provient essentiellement de Québécois dont la langue maternelle est le français.

Le bilinguisme a reculé dans le reste du Canada.

Le bilinguisme a particulièrement reculé en Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique. Le phénomène a diminué de 0,5 % dans chacune de ces trois provinces. Seulement un peu plus de 30 % des élèves canadiens hors du Québec suivent un programme d'enseignement du français langue seconde.

Malgré tout, les programmes d'immersion en français sont en croissance au Canada et ils sont offerts à une plus large frange de la population. Un nouveau programme a été créé pour les enfants de familles francophones.

Avec la collaboration de La Presse Canadienne

Info en continu Afficher le fil complet

    Facebook