TEPCO s'excuse d'avoir tardé à admettre les fuites radioactives à Fukushima

Employé dans la centrale nucléaire de Fukushima Employé dans la centrale nucléaire de Fukushima  Photo :  AFP/Tokyo Electric Power Co

L'opérateur de la centrale nucléaire japonaise endommagée lors du séisme et du tsunami de mars 2011 a déclaré, vendredi, avoir tardé à admettre publiquement que la centrale laissait échapper de l'eau contaminée dans la mer pour ne pas inquiéter le public avant d'être certain qu'il y avait un problème.

Plus tôt cette semaine, l'opérateur TEPCO avait admis pour la première fois que sa centrale de Fukushima Dai-ichi laissait échapper de l'eau souterraine radioactive dans la mer, un problème que plusieurs experts soupçonnaient après la crise survenue il y a plus de deux ans.

La centrale a subi plusieurs fusions de ses réacteurs après que le séisme et le tsunami eurent détruit son alimentation électrique et ses systèmes de refroidissement. Après une importante fuite d'eau radioactive en avril 2011, TEPCO avait assuré que le problème était maîtrisé et niait toute fuite souterraine vers l'océan, jusqu'à cette semaine.

L'opérateur a été maintes fois critiqué pour avoir tardé à révéler les problèmes et les incidents à la centrale, qui continue de fonctionner avec un équipement sommaire et qui est accablée par les problèmes, dont des pannes d'électricité et des fuites mineures d'eau provenant des réservoirs d'entreposage.

Le président de TEPCO, Naomi Hirose, a déclaré vendredi que l'entreprise avait tardé à admettre publiquement que la centrale laissait échapper de l'eau contaminée dans la mer, même si des signes évidents ont été détectés en mai, parce que les responsables voulaient être certains qu'il y avait un problème avant de faire une telle « annonce majeure ».

M. Hirose s'est excusé pour le délai et a annoncé que le vice-président directeur de TEPCO, Zengo Aizawa, subirait une baisse de salaire de 10 % pendant un mois en lien avec cette affaire.

« Plutôt que d'informer le public proactivement sur les risques potentiels, nous nous sommes repliés dans les pensées négatives et avons tenté d'obtenir plus de données pour nous assurer qu'il y avait un problème, parce nous savions que ce serait une annonce majeure », a déclaré M. Hirose.

« Nous avons tenté de changer, mais nous avons répété la même erreur. Bien entendu, nos efforts n'ont pas été suffisants. Nous sommes vraiment désolés. »


Associated Press

En complément

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook