Le marathon de Boston, un an après l'attentat

Le point sur la santé des blessés à Boston

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
Le récit de Frédéric Nicoloff

Le dernier bilan officiel des deux explosions à Boston fait état d'au moins 3 morts, dont un garçon de 8 ans, et 176 blessés. L'état des blessés s'est amélioré au cours de la journée de mardi, ont affirmé les autorités médicales du Massachusetts.

« Les patients s'en tirent mieux. Je suis plus confiant que ce matin que nous ne perdrons aucune vie », a affirmé George Velhamos, directeur du service de traumatologie de l'hôpital général du Massachusetts, lors d'un point de presse mardi après-midi.

« Six ou sept patients sont toujours dans un état critique », ajoute-t-il. Ce nombre était de 17 en début de journée.

« Les bombes contenaient des petits fragments métalliques, des petites pointes de métal et des clous sans tête, un mélange hétéroclite d'objets », a expliqué le Dr Velhamos. Les autorités médicales disent que plusieurs patients devront être traités pour des problèmes auditifs, entre autres choses.

« Les patients ont des blessures assez étendues, des brûlures. Les fragments métalliques ont brisé leur peau et leur chair et le souffle de l'explosion a déchiré leur tympan », explique le responsable médical.

« Certains patients se sont réveillés aujourd'hui sans jambes, ils étaient sûrs de mourir en voyant le sang sortir de leur propre corps, et étaient heureux d'être en vie aujourd'hui », a-t-il poursuivi.

Selon les autorités, les soins des blessés nécessitent de grandes quantités de sang, mais les réserves sont bien garnies pour l'instant. « C'est incroyable le nombre de personnes qui sont venues donner du sang aujourd'hui, une grande générosité publique », a reconnu le Dr Velhamos.

Pour ceux qui ont un téléphone intelligent et qui veulent avoir accès aux tweets, cliquez ici.

Les patients, qui sont tous des spectateurs selon les médecins, sont âgés de 28 à 71 ans. « La plupart ont des blessures aux membres inférieurs », précise M. Velmahos.

« Des patients avaient de 10 à 40 fragments dans le corps. » — Georges Velmahos

Plus tôt mardi, le directeur du service de traumatologie a indiqué que son équipe a procédé à quatre amputations, alors que deux autres patients risquent d'être amputés. « Mais j'espère pouvoir les sauver », a précisé M. Velmahos. Il précise que la majorité des patients sont conscients et que quelques-uns sont maintenus sous sédation médicale pour leur éviter des douleurs trop intenses.

« La plupart des patients amputés avaient des blessures si graves aux membres inférieurs que les amputations étaient pratiquement déjà faites par les bombes. Nous n'avons que complété le processus. » — Georges Velmahos

Le docteur Velmahos a précisé que l'expérience avait été difficile pour les membres du corps médical. « Plusieurs ont subi des chocs émotifs », a-t-il précisé. « Mais, je suis fier du travail accompli. » Un des médecins de l'hôpital participait au marathon et il est venu prêter main-forte à ses collègues après l'épreuve.

Certains patients devraient recevoir leur congé au cours des prochains jours.

Les 2000 Canadiens qui participaient à l'épreuve sont tous sains et saufs.

L'enquête suit son cours

Le FBI est, depuis hier soir, chargé de l'enquête qui vise à trouver les auteurs des deux attentats à la bombe, lundi après-midi, pendant le marathon de Boston.

Les explosions d'hier près de la ligne d'arrivée du marathon de Boston ont eu pour conséquence la mise en alerte des forces de sécurité dans la plupart des grandes villes des États-Unis, dont Washington, San Francisco, Los Angeles et New York, ainsi qu'à la frontière entre le Canada et les États-Unis.

Ces explosions constituent le plus grave attentat sur le sol américain depuis le renforcement de la sécurité consécutif aux attaques du 11 septembre 2001.

Vers 15 h, deux déflagrations se sont produites à une centaine de mètres de distance, rue Boylston, l'une près du fil d'arrivée du marathon et l'autre un peu avant, alors que des milliers de coureurs achevaient la 117e édition du marathon, devant une immense foule de spectateurs. Un demi-million de spectateurs assistent chaque année à l'événement.

Sur les 23 326 coureurs qui avaient pris le départ, 17 584 avaient franchi la ligne d'arrivée lorsque les explosions ont retenti. Les coureurs restants ont été dirigés vers un autre lieu avant que le marathon ne soit arrêté.

Des témoins décrivent des scènes d'horreur.

Images d'une explosion au marathon de Boston

Les deux engins explosifs avaient été remplis de billes de roulement et d'autres pièces de métal pour faire un maximum de dégâts, selon un membre des forces de l'ordre informé des détails de l'enquête ayant requis l'anonymat.

Le président américain Barack Obama a parlé pour la première fois d'un acte terroriste, dont les commanditaires restent inconnus. Il a affirmée que les auteurs de l'attentat seront trouvés et traduits devant la justice. 

Des bombes ont explosé sur la rue Boylston menant au fil d'arrivée du marathon de Boston.

Le marathon de Boston est le plus vieux du monde, le premier ayant eu lieu en 1897. Il est habituellement couru le troisième lundi d'avril, et ce lundi était férié dans les États du Massachusetts et du Maine, qui célébraient la Journée des patriotes.

Selon le registre du marathon de Boston, 2078 Canadiens, dont 355 coureurs québécois, étaient inscrits à l'événement.

La police a diffusé un numéro de téléphone à joindre pour les gens cherchant des proches à Boston : 617 635-4500

Pour les Canadiens cherchant à joindre des proches à Boston, le ministère des Affaires étrangères a fourni les coordonnées suivantes : 1 800 387-3124 ou à l'adresse sos@international.gc.ca

À LIRE AUSSI :

Réactions, notamment à Washington et à New York

Témoignages de la panique qui s'est emparée de Boston

En complément

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

info en continu

Facebook