Affaire Pistorius: accusé de tentatives de meurtre, l'enquêteur remplacé

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
L'enquêteur mis en cause

La police nationale sud-africaine a décidé de remplacer l'enquêteur responsable de l'affaire Pistorius, jeudi, parce qu'il fait lui-même face à des accusations de tentatives de meurtre après une fusillade survenue en 2011.

« Nous reconnaissons l'importance et la gravité de l'affaire », a souligné la directrice de la police nationale sud-africaine. Riah Phiyega au cours d'une conférence de presse au cours de laquelle.elle a désigné un nouvel enquêteur-chef en la personne du lieutenant-général Vineshkumar Moonoo. Elle a qualifié M. Moonoo de « détective le plus expérimenté de la police sud-africaine ». Ce dernier devra mener l'enquête sur le meurtre de la mannequin Reeva Steenkamp, tuée au domicile du champion paralympique Oscar Pistorius le jour de la Saint-Valentin.

L'ancien responsable de l'enquête fait face à sept accusations de tentatives de meurtre. Hilton Botha et deux de ses collègues auraient ouvert le feu sur un minibus transportant sept personnes en octobre 2011, après que le chauffeur du véhicule eut refusé de s'arrêter. Selon des médias sud-africains, Botha aurait été ivre lors de l'incident.

Les accusations contre Hilton Botha ont été retirées provisoirement après les faits, mais elles ont été rétablies le 4 février, soit dix jours avant la mort de Reeva Steenkamp. Il doit comparaître devant les tribunaux en mai. Selon un porte-parole de la justice sud-africaine, les accusations portées contre l'enquêteur n'ont aucun lien avec l'affaire Pistorius.

Témoignage contredit par la défense

Hilton Botha a d'ailleurs été contre-interrogé par la défense mercredi lors de l'audience de libération sous caution d'Oscar Pistorius. L'avocat de l'accusé, Me Barry Roux, a relevé plusieurs failles dans le témoignage initial de l'enquêteur.

Hilton Botha a notamment dû révéler que les policiers sur place ont oublié de prélever une cartouche d'arme à feu dans la salle de bain. Les autorités n'ont pas non plus vérifié les appels téléphoniques de l'accusé.

M. Botha a également affirmé que la police ne détient aucune preuve concrète pour contredire la version d'Oscar Pistorius. Celui-ci soutient qu'il a accidentellement ouvert le feu à quatre reprises le 14 février sur sa petite amie à travers une porte close, car il croyait qu'il s'agissait d'un intrus.

L'athlète sud-africain Oscar Pistorius lors de sa comparution au tribunal de Pretoria le 19 février 2013 L'athlète sud-africain Oscar Pistorius lors de sa comparution au tribunal de Pretoria le 19 février 2013

Me Barry Roux accuse l'enquêteur d'avoir contaminé la scène de crime en omettant de porter des chaussures de protection.

Hilton Botha s'est aussi rétracté à propos de certains détails de son enquête. Il avait affirmé lors de son témoignage initial que des seringues et des boîtes de testostérone étaient sur les lieux, mais a finalement dû avouer qu'il n'était pas certain du nom exact des substances retrouvées.

L'audience du « Blade Runner » reportée

Oscar Pistorius est retourné en prison, jeudi, lorsque le juge Desmond Nair a reporté sa décision sur sa demande de remise en liberté sous caution. Le juge devrait rendre sa décision vendredi dans ce dossier. Pistorius était de retour devant les tribunaux pour une troisième journée de suite, jeudi.

Oscar Pistorius, qui est amputé des deux jambes sous les genoux depuis l'enfance, a représenté son pays lors des derniers Jeux olympiques d'été. Il est devenu le premier athlète handicapé à participer à la fois aux Olympiques et aux Paralympiques.

L'entreprise Nike annonce qu'elle suspend son contrat avec Oscar Pistorius.

Mercredi, le groupe français de cosmétiques Clarins a également annoncé qu'il cessera d'utiliser l'image de l'athlète pour son parfum Thierry Mugler « A-Men », pour lequel il était le représentant depuis 2011.

Oscar Pistorius a des contrats avec British Telecom, le groupe islandais Össur et le lunetier américain Oakley. Selon le Financial Times, l'athlète touche 4,7 millions de dollars par an grâce à ses commanditaires.

L'athlète de 26 ans court à l'aide de deux prothèses de carbone, qui lui ont valu le surnom de « Blade Runner ». Il est champion paralympique en titre du 400 m et son histoire a inspiré de nombreux jeunes en Afrique du Sud, mais également dans le monde entier.

En complément

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook