La crise malienne

Combien de temps va durer la mission française au Mali?

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Un soldat français dans la région de Bourem, dans le Nord Mali Un soldat français dans la région de Bourem, dans le Nord Mali  Photo :  AFP/PASCAL GUYOT

La durée de la campagne militaire française au Mali demeure floue malgré les déclarations répétées des autorités françaises annonçant un retrait prochain des troupes de ce pays du Sahel.

Dans un premier temps, le président français François Hollande et son ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius avaient annoncé que les troupes françaises quitteraient le Mali en mars.

Or, les déclarations du ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian mercredi contredisent les déclarations précédentes.

Affirmant que l'opération française est entrée dans sa « dernière phase », M. Le Drian a indiqué que celle-ci peut « durer un certain temps », expliquant que le Nord Mali est grand « comme la moitié de la France ». « On ne le reprend pas en trois jours », a-t-il justifié.

Aux députés qui lui demandaient s'il s'agit de semaines ou de mois, le ministre de la Défense a répondu : « Peut-être pas trop longtemps, mais il faut sécuriser l'ensemble du territoire et à ce moment-là notre mission sera achevée ».

M. Le Drian a reconnu que des groupes armés se trouvent toujours « la partie reconquise » du Mali.

Par ailleurs, le colonel Michel Goya, de l'École militaire de Paris, interrogé par Radio France internationale (RFI), a expliqué que l'opération terrestre risque de durer.

« Les risques, c'est que l'on s'engage dans un combat extrêmement long, dans une recherche extrêmement longue, difficile. [...] Je pense que c'est le risque essentiel », a-t-il dit.

Formation de soldats maliens

Plus de 2500 soldats maliens seront formés à partir du 2 avril par la Mission de formation de l'Union européenne (EUTM) au Mali. La durée initiale de cette formation est de 15 mois.

Quelque 500 éléments de l'EUTM, parmi lesquels 200 formateurs militaires européens, des membres d'état-major et du personnel médical seront déployés au Mali.

Cependant la formation des soldats risque d'être insuffisante en raison du manque d'équipements de l'armée malienne.

« Le problème des équipements est un problème majeur », a noté le commandant de la mission européenne, le général français François Lecointre.

Selon lui, les pays donateurs, qui se sont réunis à Addis Abeba, se sont limités à financer la Mission internationale de soutien au Mali (Misma), mais pas à l'État malien. Or « il est essentiel que le Mali reçoive des dons en équipements, au moins autant que la Misma », a-t-il dit.

Mission de la Francophonie

Sur le plan politique, l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) a annoncé qu'elle enverrait une mission au Mali en vue de l'organisation des élections prévues en juillet.

La mission aura lieu du 24 février au 2 mars, a indiqué le secrétaire général de la francophonie Abdou Diouf.

Le président Dioncounda Traoré a affirmé fin janvier qu'il espérait pouvoir organiser des élections avant le 31 juillet.

La crise malienne

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook