Le monde arabe en mutation

Syrie: 150 soldats et rebelles tués en deux jours à Alep

Le reportage de Marie-Ève Bédard, envoyée spéciale en Syrie

Au moins 150 soldats et insurgés syriens ont été tués au cours des deux derniers jours, ont indiqué vendredi des militants, à l'occasion de combats pour le contrôle de l'aéroport international d'Alep, dans le nord du pays, et d'une importante base aérienne à proximité.

Le directeur de l'Observatoire syrien des droits de la personne à Londres, Rami Abdoul-Rahman, a indiqué qu'il s'agit du bilan des combats de mercredi et de jeudi. Les violences auraient fait un nombre égal de victimes dans chaque camp.

L'observatoire et les comités de coordination locaux affirment que les rebelles et les forces du régime Assad s'échangeaient vendredi des tirs d'artillerie près de l'aéroport et de la base militaire.

Les rebelles ont lancé mercredi une vaste offensive contre l'aéroport civil d'Alep et contre la base de Nairab. Ils se sont emparés de la quasi-totalité des installations de la « Brigade 80 », dont la mission est de protéger le secteur, mais l'aéroport d'Alep et la base aérienne demeurent entre les mains du régime.

Combats près de Damas et dans les environs

L'observatoire fait également état de combats près de Damas vendredi, dans les banlieues de Zabadani et de Daraya. Plusieurs soldats auraient été tués ou blessés quand le véhicule dans lequel ils circulaient a été détruit. Les résidents de la capitale rapportent de leur côté des combats dans la banlieue de Jobar, où rebelles et soldats se disputent le contrôle d'une importante autoroute.

À Genève, le Programme alimentaire mondial des Nations unies a affirmé que quelque 40 000 Syriens ont fui la ville de Shadadah, dans le nord-est du pays. Les rebelles se sont emparés de la ville et d'un champ pétrolier à proximité plus tôt cette semaine.

Interception d'une cargaison de pièces de rechange pour des chars syriens

Vendredi, les services douaniers finlandais ont révélé avoir intercepté une cargaison de pièces de rechange pour chars partie de Russie et à destination de la Syrie. Un conteneur qui renfermait près de 10 tonnes de pièces a été confisqué le 8 janvier, parce que ses papiers n'étaient pas en ordre.

Les autorités finlandaises croient que la cargaison contrevenait à un interdit imposé par l'Union européenne sur l'expédition d'armes à destination de la Syrie.

Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook