Rwanda : Mugesera conteste l'authenticité de l'enregistrement de son discours

Léon Mugesera Léon Mugesera  Photo :  AFP/STEVE TERRILL

Au procès de l'ex-homme politique rwandais Léon Mugesera qui se poursuit à Kigali, l'accusé a contesté mardi l'authenticité de l'enregistrement du discours mis en cause. Léon Mugesera est accusé d'incitation au génocide qui a ravagé le Rwanda en 1994.

L'accusation se base sur un discours qualifié par la poursuite de violemment anti-Tutsi, prononcé par Léon Mugesera en 1992.

Or, l'accusé nie l'authenticité de l'enregistrement du discours. Il a fait valoir que, lors de son procès initial au Canada, « un expert en analyse audio-vidéo de la Police montée canadienne a découvert des anomalies dans le discours enregistré ».

Léon Mugesera estime que le document devrait être soumis à une vérification.

Le procureur Martin Ngoga a toutefois contesté les arguments de l'accusé, affirmant que ce dernier avait déjà admis l'authenticité du discours. L'audience doit se poursuivre jeudi.

Depuis qu'il a été extradé du Canada, M. Mugesera a comparu à plusieurs reprises lors d'audiences de procédure au cours desquelles il a demandé, pour divers motifs, de nouveaux délais pour être jugé.

Léon Mugesera a été extradé du Canada vers le Rwanda en janvier 2012. Léon Mugesera vivait depuis 1993 à Québec avec sa femme et ses enfants. Le Rwanda le réclamait depuis 1995.

Léon Mugesera est jugé pour un discours anti-Tutsi prononcé en 1992 pendant un rassemblement du parti du président hutu de l'époque, Juvénal Habyarimana, dont il était membre.

Kigali considère ce discours comme un élément déclencheur du génocide de 1994, qui a fait selon l'ONU environ 800 000 morts, essentiellement au sein de la minorité tutsie. M. Mugesera est accusé d'y avoir qualifié les Tutsis de « cafards » et d'avoir encouragé les Hutus à les tuer.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook