Le monde arabe en mutation

Syrie : violents affrontements à Damas

Bombardements de l'armée syrienne autour de Damas (archives) Bombardements de l'armée syrienne autour de Damas (archives)  Photo :  AFP/STR

De violents affrontements entre rebelles et soldats gouvernementaux ont éclaté mercredi à Damas, marquant certaines des pires violences à secouer la capitale syrienne depuis plusieurs semaines.

Des militants précisent que les affrontements étaient concentrés dans les secteurs occidentaux de la ville. Les résidents du coeur de la capitale, quant à eux, ont indiqué que le son des bombardements provenant des quartiers touchés était plus fort qu'au cours des derniers mois, quand l'armée a tenté de chasser les insurgés des banlieues de Damas.

Des vidéos mises en ligne par les rebelles témoignaient de la violence des bombardements. Les soldats gouvernementaux ont également bloqué la circulation automobile en divers endroits, notamment à une intersection cruciale du nord-est de la ville.

Damas n'a pas été le théâtre de violences aussi intenses que celles qui ont mené à la destruction de quartiers entiers de villes comme Alep et Homs.

Le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Rami Abdoul-Rahman, a expliqué que le bombardement des secteurs de Jobar et de Qaboun, mercredi, s'inscrit dans le cadre plus large d'une offensive gouvernementale lancée contre les villes et villages près de Damas, qui se trouvent entre les mains de l'insurrection depuis le début du soulèvement en mars 2011.

Les combats de mercredi semblaient se concentrer dans le quartier de Jobar, qui est coupé en deux par une route importante. Les rebelles, qui contrôlent la partie à l'est de la route, ont lancé des attaques contre les points de contrôle de l'armée dans la partie occidentale pour tenter de prendre le contrôle de la voie.

Des combats ont aussi éclaté dans la province centrale de Homs, où une explosion survenue mercredi matin dans un complexe militaire a fait un nombre inconnu de morts. L'explosion est survenue dans la ville de Palmyre, près d'une enceinte qui abrite les services du renseignement militaire et une agence de sécurité gouvernementale.

L'OSDH affirme que 19 agents de sécurité ont été tués et plusieurs personnes, blessées. Une deuxième explosion aurait aussi ciblé un autre bureau des services de sécurité. Ces deux explosions auraient blessé huit civils.

Les médias officiels syriens évoquent plutôt deux kamikazes qui se seraient donné la mort près d'un garage.

Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook