L'ex-tireur d'élite Chris Kyle assassiné

Radio-Canada avec Associated Press, New York Times et Reuters

L'ancien tireur d'élite Chris Kyle photographié en avril 2012 L'ancien tireur d'élite Chris Kyle photographié en avril 2012  Photo :  AP/Paul Moseley

L'ancien tireur d'élite Chris Kyle et auteur du livre American Sniper a été tué, samedi, dans un stand de tir au Texas. Le présumé coupable serait un vétéran de guerre atteint de syndrome de stress post-traumatique.

L'ex-membre des Navy SEALS, 38 ans, et son voisin Tchad Littlefield, 35 ans, ont été retrouvés sur le stand de Rough Creek Lodge, à environ 80 kilomètres au sud-ouest de Fort Worth.

Selon des témoins, Eddie Ray Routh, 25 ans, a ouvert le feu sur les hommes vers 15 h 30, puis s'est s'enfui dans une camionnette appartenant à l'une des victimes. Le suspect est retourné à son domicile de Lancaster, une banlieue de Dallas, à environ 20 h. La police l'a ensuite arrêté après une brève course-poursuite en voiture.

Eddie Ray Routh fait face à deux chefs d'accusation de meurtre. Le vétéran de guerre a servi en Irak et en Afghanistan et souffrait de problèmes mentaux. La police n'a toutefois pas précisé le motif du double meurtre.

Une chaîne de télévision locale rapporte que les deux victimes avaient conduit Routh au stand de tir pour l'aider à réintégrer la vie civile.

Un tireur d'élite redoutable

Chris Kyle a connu le succès avec son livre American sniper : autobiographie du sniper le plus redoutable de l'histoire militaire américaine, dans lequel il s'attribue la mort de 160 Irakiens entre 1999 et 2009.

Ces exploits en Irak, où il a été envoyé quatre fois, lui avaient valu le surnom de « diable de Ramadi » de la part des insurgés irakiens, du nom d'une bataille particulièrement sanglante en 2007. Une prime a également été placée sur sa tête : 80 000 $, mort ou vif.

Celui qui se qualifiait de « guerrier de dieu » n'hésite pas, dans sa biographie, à traiter les Irakiens de « sauvages » et « d'inhumains ». Il affirme en outre n'éprouver aucun remords quant aux victimes qu'il a faites.

En 2009, Chris Kyles quitte le service actif pour se consacrer à sa famille. Le père de deux enfants crée deux ans plus tard la fondation FITCO Cares, qui aide les anciens soldats à leur retour de missions.

« Chris est mort en faisant ce qui le passionnait : être au service des soldats souffrant de stress post-traumatique », souligne, dans un communiqué de presse, le directeur de la fondation, Travis Cox.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook