Le monde arabe en mutation

Aide d'un milliard et demi de dollars pour les Syriens

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Le compte rendu de Frédéric Nicoloff

Le programme d'aide humanitaire des Nations unies au peuple syrien a recueilli des promesses de financement de plus de 1,5 milliard de dollars, a déclaré le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, à l'issue la conférence des donateurs au Koweït.

« Je suis heureux d'annoncer que nous avons dépassé notre objectif », s'est félicité Ban Ki-moon, précisant toutefois que les fonds permettront seulement de couvrir les besoins pour quelques mois.

Sous le parrainage des Nations unies, une soixantaine de pays ont participé mercredi à cette conférence, dont l'objectif était de lancer un programme d'aide humanitaire pour les 4 millions de Syriens qui doivent être secourus à l'intérieur du pays.

Cette aide internationale doit aussi profiter aux quelque 700 000 Syriens réfugiés dans les pays voisins, dont le nombre devrait s'élever à 1,1 million d'ici juin si le conflit ne cessait pas, selon l'ONU.

Ban-Ki moon avait lancé un appel urgent à la communauté internationale, estimant que la situation est « catastrophique » et qu'un « plus grand nombre de Syriens mourront » si ce montant n'est pas récolté.

Les pays du golfe Persique ont promis de fournir 900 millions de dollars américains pour venir en aide au peuple syrien, permettent de dépasser le total de 1,5 milliard de dollars en aide immédiate réclamé par les Nations unies.

Le Canada offre 25 millions de dollars supplémentaires 

Le ministre de la Coopération internationale, Julian Fantino, a annoncé mercredi que le Canada versera 25 millions de dollars supplémentaires aux réfugiés syriens.

Ce montant servira à combler les besoins de nourriture, d'eau, d'abris, de soins médicaux et de sécurité. Cette contribution porte à 48 millions de dollars l'aide du Canada depuis le début du conflit syrien.

À l'ouverture de la conférence, l'émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, a annoncé une aide humanitaire de 300 millions de dollars « en raison des grandes souffrances » que vit le peuple syrien.

Les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite ont emboîté le pas au Koweït et se sont engagés à octroyer chacun une aide humanitaire de 300 millions de dollars pour la Syrie.

La Commission européenne avait déjà indiqué la veille qu'elle annoncerait une aide de 100 millions d'euros. Les États-Unis ont également déclaré qu'ils donneraient une aide supplémentaire de 155 millions de dollars, tout en invitant les autres pays à faire de même pour soulager la tâche des Nations unies.

Des organismes de charité, réunis au Koweït à la veille de la conférence, ont promis l'octroi de 182 millions de dollars.

L'organisation humanitaire Médecins sans frontières a pour sa part demandé à l'ONU et à la communauté internationale de trouver des moyens d'acheminer plus d'aide vers les secteurs contrôlés par les rebelles, qui ne reçoivent actuellement qu'une infime portion de l'aide humanitaire disponible.

Une soixantaine de pays participent à la conférence de donateurs à Koweït, visant à venir en aide au peuple syrien.

Mardi, le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi, a une nouvelle fois dressé un tableau noir sur la situation en Syrie devant les membres du Conseil de sécurité.

Il a affirmé que la guerre civile avait atteint « des niveaux d'horreur sans précédent » et que le pays était « détruit petit à petit » par le conflit entre le régime et les rebelles.

Il a suggéré notamment que le Conseil « lève l'ambiguïté » contenue dans la déclaration de Genève sur le sort à réserver au président Bachar Al-Assad dans une transition politique. Pour le diplomate algérien, la légitimité du président Assad a été « irrémédiablement discréditée » par le conflit, qui a fait 60 000 morts depuis 22 mois.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook