Barack Obama veut donner leur chance aux immigrés clandestins

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
Barack Obama lors de son discours à Las Vegas Barack Obama lors de son discours à Las Vegas  Photo :  AFP/John Gurzinski/Getty Images

Le président des États-Unis, Barack Obama, a invité mardi le Congrès à réformer rapidement la législation sur l'immigration.

« Nous avons besoin que le Congrès adopte une approche exhaustive qui permette enfin de régulariser la situation de 11 millions d'immigrés sans papiers », a-t-il déclaré dans un discours prononcé à Las Vegas, un peu plus d'une semaine après le début de son second mandat.

Barack Obama a ainsi salué les propositions présentées lundi par un comité de sénateurs démocrates et républicains afin de réformer les lois sur l'immigration. Le projet permettrait aux immigrés clandestins d'obtenir un statut provisoire qui les autoriserait à travailler aux États-Unis, même s'ils devraient toujours ultimement poser leur candidature à la nationalité américaine de manière classique. Les élus visent l'adoption de nouvelles lois d'ici au début de l'été.

Si le Congrès n'agit pas rapidement, a averti Barack Obama, la Maison-Blanche soumettra son propre projet de loi aux parlementaires. Le président estime que pour qu'une réforme complète de l'immigration fonctionne « il faut dire clairement dès le début qu'il y aura un chemin possible vers la naturalisation ».

« Nous savons tous que nous avons un système d'immigration qui date et qui est inefficace, un système qui nous empêche d'avancer plutôt que d'aider à la croissance de notre économie et au renforcement de la classe moyenne », a-t-il lancé.

Toutefois, l'adoption d'une réforme de l'immigration par le Congrès est encore loin d'être assurée. La base républicaine s'oppose à toute mesure qui équivaudrait à une « amnistie » pour les immigrés illégaux.

Les républicains sont cependant forcés de revoir leur position, les citoyens d'origine latino-américaine devenant une force politique de plus en plus puissante aux États-Unis, et dont la grande majorité, 70 %, a boudé les candidats républicains aux dernières élections.

Le discours de M. Obama a été salué par John McCain, membre républicain du groupe des huit sénateurs ayant présenté les nouvelles propositions sur l'immigration. « S'il y a certaines différences dans nos approches, nous partageons l'idée que toute réforme devra reconnaître que les États-Unis sont un État de droit et une nation d'immigrants », a-t-il remarqué en se disant « prudemment optimiste ».

Mentionnons que le groupe de huit sénateurs compte aussi dans ses rangs le républicain Marco Rubio, sénateur de Floride et fils d'immigrés cubains. Soutenu par le mouvement ultraconservateur du Tea Party, Marco Rubio pourrait aider à faire passer la réforme de l'immigration à la Chambre des représentants qui, contrairement au Sénat, est dominée par les républicains.

En complément

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook