Washington clôt le bureau qui travaillait à la fermeture de Guantanamo

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Des militaires américains dans la prison de Guantanamo. Des militaires américains dans la prison de Guantanamo.  Photo :  AFP/JIM WATSON

Le département d'État américain a clos le bureau administratif qui oeuvrait depuis quatre ans à la fermeture de la prison de Guantanamo Bay, a déclaré lundi un responsable américain, confirmant une information relayée par le New York Times.

Les « responsabilités » du diplomate américain Daniel Fried, qui s'occupait du dossier depuis mai 2009, relèveront désormais de la direction juridique du département d'État. M. Fried avait expliqué il y a trois ans que son travail consistait à mener « un dialogue diplomatique avec des gouvernements étrangers à propos du rapatriement et/ou de l'installation de personnes » emprisonnées à Guantanamo.

Cet ancien ambassadeur des États-Unis en Pologne concentrera maintenant ses efforts sur les sanctions de son pays contre l'Iran et la Syrie, a rapporté le quotidien, citant une note interne. Cette information a été confirmée à l'Agence France-Presse par un responsable américain.

La fermeture de la base militaire à Cuba, mise sur pied dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001, avait été promise par le président américain Barack Obama au cours de son premier mandat à la tête de la Maison-Blanche : une promesse-clé de son programme électoral.

Barack Obama a toutefois annoncé en mars 2011 que les procès militaires à Guantanamo reprendraient. Et il a signé ce mois-ci une loi qui renouvelle l'interdiction de financer le transfert des détenus de Guantanamo à l'étranger, ainsi qu'aux États-Unis, pour y être jugés ou incarcérés.

La prison renferme toujours 166 détenus, dont 55 ont été déclarés « libérables » par les autorités américaines. Seuls neuf des 779 prisonniers qui ont été incarcérés à Guantanamo ont été condamnés ou traduits en justice.

Entre-temps, cinq accusés des attentats du 11 septembre ont comparu devant le tribunal lundi pour une nouvelle audience préliminaire. Ils encourent la peine de mort s'ils sont reconnus coupables.

En complément

  • international
    dossier -  Guantanamo: la prison de la honte La journaliste Dorothée Giroux a visité cette prison américaine où 500 personnes sont détenues sans inculpation.
  • international
    dossier -  11 septembre, 11 ans plus tard C'était le 11 septembre 2011. Quatre avions, 19 terroristes, 2992 morts. Depuis, le monde a changé. Aujourd'hui, l'heure est aux souvenirs, mais aussi au bilan.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook