Les Occidentaux sont menacés au Somaliland, selon la Grande-Bretagne

Somalie

Les citoyens britanniques devraient immédiatement quitter la périlleuse région du Somaliland, en Somalie, en raison de menaces spécifiques envers les Occidentaux, ont indiqué dimanche des diplomates britanniques.

Il s'agit de la deuxième mise en garde du genre émise pour une région africaine en quelques jours, et le tout survient alors que des turbulences ébranlent le nord du continent.

Dans une déclaration transmise par courriel aux journalistes, le Foreign Office britannique n'a pas donné plus de détails sur la nature de la menace, mais a souligné que « l'enlèvement pour des raisons financières ou politiques » était un problème partout en Somalie.

Ce pays a traversé plusieurs années de guerre civile, et la Grande-Bretagne - tout comme les États-Unis et plusieurs autres pays - a longtemps mis en garde contre tout déplacement dans ce pays de la Corne de l'Afrique. L'avertissement de dimanche s'applique spécifiquement au territoire du Somaliland (nord-ouest), qui a déclaré son indépendance de la Somalie en 1991 et a depuis été une terre de paix relative par rapport au chaos et aux violences du sud du pays.

Le ministre des Affaires étrangères du Somaliland, Mohamed Abdulahi Omar, a déclaré lors d'une conférence de presse que son gouvernement avait pleinement confiance en ses services de sécurité.

Ce nouvel avertissement a été émis quelques jours seulement après que la Grande-Bretagne, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Canada eurent pressé leurs citoyens de la ville de Benghazi d'évacuer l'endroit en réponse à ce qui a alors été décrit comme une menace imminente envers les Occidentaux.

Le Somaliland, une ancienne colonie britannique, est un allié-clé de l'Éthiopie voisine, qui a une ambassade dans l'enclave, et collabore avec les États-Unis et ses alliés lors de missions antiterroristes. Le Somaliland dispose de ses propres forces de sécurité, ainsi que d'un système de justice et d'une monnaie uniques, mais n'est pas reconnu comme un pays indépendant par la communauté internationale.

La région a été la cible d'attentats terroristes en 2008, lorsque des kamikazes en voiture ont frappé dans l'enclave et dans le territoire voisin du Puntland, tuant plus de 29 personnes.

Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook