Rapport accablant de la GRC sur SNC-Lavalin

Les explications d'Anne Panasuk

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) affirme que SNC-Lavalin a payé 160 millions de dollars en pots-de-vin, dont une partie à Saadi Kadhafi, fils du dictateur déchu, pour obtenir des contrats en Libye.

La GRC le mentionne dans un document du Groupe de lutte contre la corruption internationale déposé en cour en avril dernier pour obtenir un mandat de perquisition aux bureaux montréalais de la firme d'ingénierie.

On y apprend aussi que les dirigeants de SNC-Lavalin ont comploté pour organiser l'extradition de Saadi Kadhafi et de sa famille vers le Mexique sous de fausses identités alors que le régime libyen vacillait. L'opération a été effectuée avec l'aide de Cynthia Vanier, une ancienne contractuelle avec SNC, et Gary Peters, qui agissait comme garde du corps, payés par SNC-Lavalin.

L'ex-contrôleur de SNC-Lavalin, Stéphane Roy, aurait aussi participé au complot pour faire entrer illégalement Kadhafi au Mexique.

Cynthia Vanier est emprisonnée depuis plus d'un an au Mexique. Gary Peters, un Australien qui a immigré au Canada en 2008, attend une décision de la Commission de l'immigration qui veut l'expulser du pays pour complicité dans des crimes de guerre, puisqu'il aurait aidé Saadi Kadhafi à fuir.

Selon la GRC, une partie des 160 millions de dollars aurait transité par les comptes bancaires de Riadh Ben Aïssa, un ancien vice-président de SNC-Lavalin, présentement emprisonné en Suisse. Ces sommes auraient ensuite été transférées à des compagnies d'outre-mer contrôlées par Saadi Kadhafi pour son aide à obtenir ou sécuriser des contrats de SNC en Libye. Il se serait servi de cet argent notamment pour acheter de luxueux yachts.

SNC-Lavalin a payé pour les rénovations et les frais mensuels du condo de Saadi Kadhafi à Toronto. L'entreprise, avec l'aide de Stéphane Roy, s'est occupée de ce condo.

La résidence de l'ex-contrôleur a été perquisitionnée, mais aucune accusation ne pèse contre lui. Il a démissionné en même temps que M. Ben Aïssa.

Le rapport de la GRC est en partie basé sur une enquête des autorités suisses, mais il ne s'agit pas de preuves ni d'accusations formelles.

Allégations et informations non prouvées selon SNC-Lavalin

Dans un communiqué rendu public vendredi après-midi, SNC-Lavalin affirme qu'il s'agit d'informations non prouvées.

Ce type de déclaration contient des « allégations recueillies par les autorités dans le cadre d'une enquête et soumises à un juge afin d'obtenir un mandat de perquisition ».

SNC-Lavalin se dit incapable d'en établir la véracité, mais réaffirme sa volonté d'aider les autorités à faire la lumière sur toute cette histoire.

Contrats de SNC-Lavalin en Libye

Ils se comptent en milliards de dollars depuis 2001 :

  • le projet Great Man Made River;
  • l'aéroport de Benghazi;
  • la prison Gharyan, dont les plans ont été faits par la sœur de Ben Aïssa.


Seulement en 2010, les projets de SNC en Libye totalisaient 418 millions de dollars, soit 6,6 % des revenus annuels de la compagnie.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook