La crise malienne

L'armée malienne progresse vers la ville de Gao

Des soldats de l'armée malienne (archives) Des soldats de l'armée malienne (archives)  Photo :  AFP/ISSOUF SANOGO

Des militants islamistes auraient détruit un pont dans la ville malienne d'Ansongo, près de la frontière avec le Niger, d'après un dirigeant local.

Le chef du village de Fafa, Djibril Diallo, indique que des résidents lui ont affirmé que le pont qui mène à la ville de Tassiga a été détruit jeudi soir. Fafa se trouve à environ 20 kilomètres du pont.

Pendant ce temps, l'armée malienne continue à progresser vers la ville de Gao, dans l'est du pays, l'un des châteaux forts des insurgés islamistes.

Les résidents de la ville de Hombori ont indiqué vendredi que des soldats maliens y sont arrivés au cours des dernières heures. Hombori se trouve à 150 kilomètres de Douentza, une ville qui a été reprise par les forces gouvernementales plus tôt cette semaine.

L'armée malienne est à seulement 250 kilomètres de Gao, une des trois principales villes du nord du pays à se trouver sous le contrôle des islamistes depuis avril dernier.

Les soldats gouvernementaux essaient de reprendre le contrôle du nord du Mali, avec l'aide de l'armée française et des soldats de plusieurs autres pays africains.

Les islamistes se sont retirés de plusieurs villes du centre du pays, mais en contrôlent toujours le nord. La France a déployé 2400 soldats au Mali, auxquels se sont joints 1750 soldats provenant de pays comme le Togo, le Nigeria, le Burkina Faso, le Bénin, le Sénégal, le Niger et le Tchad.

Par ailleurs, le gouvernement malien a exhorté ses soldats à respecter les droits de la personne après la diffusion d'informations indiquant que l'armée a tué des civils dans le centre du pays.

Un témoin a raconté à l'Associated Press avoir vu des soldats abattre trois personnes et jeter les corps dans un puits. Un groupe français rapporte de son côté au moins 33 victimes d'exécutions sommaires et d'autres exactions.

L'armée malienne nie catégoriquement ces informations, mais le gouvernement a exigé de ses soldats un comportement « irréprochable ».

Enfin, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest a révélé qu'elle organisait samedi, en Côte d'Ivoire, une rencontre d'urgence des ministres de la Défense de ses 15 pays membres.

Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook