La Corée du Nord menace son voisin du sud

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Un poste de surveillance sud-coréen garde l'oeil sur la frontière avec la Corée du Nord Un poste de surveillance sud-coréen garde l'oeil sur la frontière avec la Corée du Nord  Photo :  AFP/JUNG YEON-JE

La Corée du Nord a continué à menacer les pays qui soutiennent les sanctions à son endroit, vendredi, s'attaquant cette fois à son voisin du sud.

Pyongyang a menacé la Corée du Sud de « sévères représailles physiques » si elle appuyait le durcissement des sanctions établi plus tôt cette semaine par le Conseil de sécurité de l'ONU en raison du lancement d'une fusée le 12 décembre dernier.

La veille, la Corée du Nord avait menacé de faire un nouvel essai nucléaire et de s'en prendre aux États-Unis. « Ces sanctions sont une déclaration de guerre contre nous », a déclaré le gouvernement nord-coréen. La Maison-Blanche a qualifié cette menace de « provocation inutile ».

Les deux premiers essais nucléaires de la Corée du Nord, en 2006 et en 2009, avaient également été organisés en réponse aux réprimandes concernant son programme nucléaire. Certains croient que le régime pourrait être tenté de procéder en février, alors que la nouvelle présidente sud-coréenne entrera en poste.

Comme jeudi, la Chine a une nouvelle fois réagi aux menaces nord-coréennes, cette fois en utilisant la même tactique. Pékin a affirmé qu'elle songerait à réduire son aide financière à Pyongyang si la capitale décidait d'aller de l'avant avec un nouvel essai nucléaire.

Dans un éditorial publié dans un journal appartenant au Parti communiste chinois, on peut lire que la Chine « doit réduire ses attentes quant aux effets de ses stratégies envers la péninsule » et qu'il « n'y a plus moyen de rechercher un équilibre diplomatique » entre Séoul, Tokyo, Pynongyang et Washington.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook