Excuses de l'ONU après l'interprétation d'une chanson serbe controversée

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Associated Press
Le mémorial à la mémoire des victimes des massacres de Srebrenica. Le mémorial à la mémoire des victimes des massacres de Srebrenica.  Photo :  AFP/ANDREJ ISAKOVIC

Les Nations Unies ont dû s'excuser jeudi pour avoir chaudement applaudi une interprétation d'une chanson nationaliste serbe associée au massacre de Srebrenica.

Le concert donné dans le hall de l'Assemblée générale, lundi, était organisé par la présidence serbe en l'honneur du Nouvel An orthodoxe.

Un porte-parole de secrétaire général Ban Ki-moon a indiqué comprendre que certaines personnes aient été offensées par la chanson « Marche sur la Drina », qui avait été récupérée par les Serbes de Bosnie lors de la guerre de ce pays, au début des années 1990. La Drina est une rivière qui traverse Srebrenica, une ville où ont été tués 8000 musulmans en juillet 1995.

La chorale serbe Viva Vox n'avait apparemment pas prévenu qu'elle allait entonner cette chanson, d'abord écrite en hommage à des soldats serbes tués lors de la Première Guerre mondiale. Elle aurait été entendue lors du massacre de Srebrenica, selon des groupes d'activistes.

Le porte-parole de Ban Ki-moon a expliqué que le secrétaire général et le public n'étaient pas au courant de la symbolique de cette chanson lorsqu'ils l'ont applaudie. Elle a été interprétée en rappel et ovationnée.

Le président de l'Assemblée et organisateur du concert, le Serbe Vuk Jeremic, a déploré l'interprétation « déformée » faite de la chanson, qui ne visait selon lui qu'à célébrer « le souvenir de la défense de notre liberté contre les agresseurs au cours de la Première Guerre mondiale ».

Il a indiqué que les allégations concernant la chanson étaient une « insulte envers le peuple serbe ».

En complément

  • international
    dossier -  Bosnie: 15 ans plus tard Au début des années 90, le conflit en Bosnie-Herzégovine a été sanglant et les civils ont payé un lourd prix. Retour sur une tragédie.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook