Armes à feu : Obama exhorte le Congrès à agir

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press, La Presse Canadienne et Reuters
Joyce Napier fait le point

Le président des États-Unis, Barack Obama, a présenté mercredi les mesures adoptées par son administration pour lutter contre la violence due aux armes à feu dans le pays, dont un investissement de 500 millions de dollars pour l'application de 23 décrets présidentiels.

Au cours d'une conférence de presse très attendue, où il s'est souvent adressé aux parents et proches des victimes de la tuerie de Newtown, au Connecticut, Barack Obama a exhorté le Congrès des États-Unis à légiférer le plus rapidement possible pour interdire la vente de fusils d'assaut.

« [Les États-Unis] sont une terre de liberté et le pays des braves et ils le seront toujours. Mais nous avons aussi compris depuis longtemps [...] qu'avec des droits viennent des responsabilités. » — Barack Obama

Le président, accompagné du vice-président Joe Biden, a également demandé au Congrès de légiférer pour restreindre à 10 cartouches la capacité des chargeurs d'armes automatiques et semi-automatiques.

Rappelant que « plus de 900 personnes ont perdu la vie aux États-Unis au bout d'une arme à feu » depuis la fusillade du 14 décembre dernier dans une école primaire du Connecticut, Barack Obama a déclaré : « Nous ne pouvons plus tarder à agir sur les armes ».

« Même s'il n'y aucune loi [...] qui peut prévenir complètement chaque acte violent insensé, aucune législation qui préviendra chaque tragédie [...] s'il y a une chose que nous pouvons faire pour réduire la violence, s'il y a juste une vie qui peut être sauvée, nous avons une obligation d'essayer. » — 

Il a du même souffle demandé au Congrès d'approuver sans attendre un resserrement des mesures de vérification des antécédents des personnes qui désirent faire l'acquisition d'armes à feu.

Plus de 1,5 million de demandes d'acquisition d'armes ont été refusées aux États-Unis grâce à de tels contrôles, lorsqu'ils sont efficacement appliqués, a rappelé le président.

Une mesure qui serait par ailleurs approuvée par 70 % des membres de la National Rifle Association, a ajouté Barack Obama.

« Je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir […] mais la seule façon de changer [les choses] est que les Américains l'exigent. » — 

Une vingtaine de décrets 

Un vendeur d'armes au Texas Un vendeur d'armes au Texas  Photo :  PC/Andrew D. Brosig

Citant des lettres que lui ont écrites des enfants pour lui demander d'agir contre la violence due aux armes à feu, ou le témoignage de parents qui ont perdu un enfant dans des tueries, le président Obama a signé sur place 23 décrets présidentiels, des lois qui ne nécessitent pas l'accord du Congrès, pour lutter contre la prolifération des armes et la violence qu'elles engendrent aux États-Unis.

Le président a également confirmé la nomination de Todd Jones à la tête du Bureau de contrôle de l'alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs dont il était auparavant le directeur intérimaire.

Par cette série de décrets, le président Obama tente non seulement de resserrer le contrôle des armes à feu, mais aussi de mieux identifier et comprendre les mécanismes de la violence générée par ces armes. C'est pourquoi il confie au Centre de contrôle des maladies le mandat de se pencher sur les causes de la violence par arme à feu, afin de mieux la prévenir.

L'administration Obama dégagera également 500 millions de dollars pour la mise en oeuvre et l'application de cette série de décrets.

Cette série de mesures présidentielles a été élaborée à la suite de recommandations formulées par le vice-président Joe Biden qui a consulté 229 organismes, agences et associations, incluant des groupes de défense des armes à feu, des leaders religieux et des élus.

La consultation a été entreprise après la tuerie de Newtown, qui a coûté la vie à 26 personnes, dont 20 enfants, le 14 décembre 2012.

Un parcours semé d'embûches

Barack Obama et Joe Biden en conférence de presse Barack Obama et Joe Biden en conférence de presse

Plus tôt cette semaine, Barack Obama a reconnu que la mise en oeuvre des mesures proposées par M. Biden ne serait pas facile, puisqu'elles devraient être approuvées par un Congrès qui est loin de lui être acquis. Des leaders républicains ont déjà déclaré que le contrôle des armes à feu ne serait pas leur priorité.

Le puissant lobby des armes à feu, la National Rifle Association (NRA), s'oppose aussi fermement au contrôle des armes à feu et réclame plutôt d'affecter des gardes armés dans les écoles. Réagissant au plan du président, la NRA a fait savoir dans un communiqué que les mesures annoncées par Barack Obama pour lutter contre la violence due aux armes n'étaient pas la réponse adéquate.

« Attaquer les armes à feu et ignorer les enfants n'est pas une solution à la crise que notre nation affronte. Seuls les propriétaires d'armes honnêtes et respectueux de la loi seront touchés et nos enfants continueront d'être vulnérables […] » — 

Dans une nouvelle campagne, la NRA a accusé le président Obama de mieux protéger ses filles que les autres enfants,

Mardi, l'Assemblée de l'État de New York a adopté une loi prévoyant des restrictions plus sévères sur les fusils d'assaut. Il s'agit de la première mesure du genre adoptée aux États-Unis depuis la tuerie de Newtown.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook