Contrôle des armes : la NRA dit non à Obama et à Biden

Le vice-président de la NRA, Wayne LaPierre Le vice-président de la NRA, Wayne LaPierre  Photo :  PC/Evan Vucci

Le puissant lobby américain des armes à feu, la National Rifle Association (NRA), a rejeté vendredi les idées mises de l'avant par l'administration de Barack Obama pour contrer la violence par les armes, estimant jouir de suffisamment d'appuis au sein du gouvernement américain pour faire échec à toute tentative de rétablir un interdit sur les fusils d'assaut et les chargeurs à grande capacité.

Le sujet trône au sommet des priorités du président Obama depuis le massacre, le mois dernier, de 20 enfants et de 6 adultes dans une école du Connecticut. Le vice-président Joe Biden a pris la tête d'un groupe de travail qui devrait présenter ses suggestions au président d'ici mardi.

M. Obama espère annoncer des mesures concrètes dans la foulée de sa deuxième investiture, plus tard ce mois-ci. M. Biden devait rencontrer d'autres groupes à la Maison-Blanche, vendredi.

La NRA et d'autres associations de défense des propriétaires d'armes ont rencontré le vice-président jeudi, mais la NRA continue à s'opposer à tout resserrement du contrôle sur les armes. L'association propose plutôt que chaque école du pays soit protégée par un garde armé.

Le président de la NRA, David Keene, a déclaré au réseau NBC vendredi matin qu'il existe un désaccord fondamental concernant les mesures à prendre pour freiner la violence par les armes.

Les recommandations de M. Biden devraient notamment porter sur les soins de santé mentale et sur la présence de la violence à la télévision, au cinéma et dans les jeux vidéo. M. Biden a aussi évoqué des problèmes avec le système qui devrait normalement permettre de vérifier les antécédents des acheteurs d'armes.

On retrouve aux États-Unis entre 30 et 50 % des armes qui sont entre les mains de civils.

Associated Press

 

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

info en continu

Facebook