Reconstruction d'Haïti : quelques progrès

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Le reportage de Sébastien St-François

Trois ans après le séisme qui a dévasté Haïti le 12 janvier 2010, 360 000 Haïtiens vivent encore dans des abris de fortune.

La reconstruction avance lentement, quoique certains progrès soient visibles. Plusieurs camps ont été démantelés, et plus de 100 000 personnes ont retrouvé un toit. Dans le nord de l'île, un parc industriel pourrait créer jusqu'à 37 000 emplois.

L'économie a de nouveau été durement touchée par la tempête tropicale Isaac, en août 2012, et l'ouragan Sandy, en octobre, qui ont entraîné des dommages évalués à près de 175 millions de dollars.

De plus, le choléra qui sévit dans le pays depuis octobre 2010 a touché 635 000 habitants et fait environ 8000 morts.

Un séisme d'une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter a frappé Haïti le mardi 12 janvier 2010 peu après 17 h (heure locale), causant l'effondrement de dizaines de bâtiments. Environ 250 000 personnes sont mortes et 1,5 million d'autres se sont retrouvées sans toit. Les pertes ont été estimées à 8 milliards de dollars.

L'aide canadienne remise en question

La semaine dernière, le ministre canadien de la Coopération internationale, Julian Fantino, a annoncé le gel du financement des futurs projets canadiens en Haïti, se disant déçu de la lenteur des progrès qu'il avait vus durant sa visite. Il a dit vouloir mieux évaluer les formes que devrait prendre l'aide canadienne.

Cette décision a suscité de nombreuses critiques, dont celle de l'opposition et des organismes de coopération internationale, qui auraient aimé être consultés. Le ministre refuse de s'expliquer.

Des fonctionnaires du PNUD et du Département d'État américain se sont dits attristés par cette nouvelle. Ces responsables souhaitent que le Canada reste un partenaire important en Haïti.

Sur place, Conrad Sauvé, secrétaire général et chef de la direction de la Société canadienne de la Croix-Rouge, a souligné qu'on ne pouvait appliquer à Haïti les barèmes d'un pays développé.

Conrad Sauvé, de la Croix-Rouge canadienne Conrad Sauvé, de la Croix-Rouge canadienne
« Avant le tremblement de terre, il y avait des enjeux majeurs. C'est un des pays les plus pauvres du monde. [...] C'est facile de dire : ''Vous devriez aller plus vite.'' Ça ne change pas du jour au lendemain, ce sont des enjeux à plus long terme. » — Conrad Sauvé, secrétaire général et chef de la direction de la Croix-Rouge canadienne

Inquiétude au Québec

Même s'il confirme sa volonté de maintenir son aide à Haïti, Québec se montre inquiet de cette décision d'Ottawa, qui pourrait compromettre des projets conjoints de deux niveaux de gouvernement. Jean-François Lisée, le ministre québécois des Relations internationales, a fait savoir vendredi qu'il avait écrit à M. Fantino pour exprimer ses préoccupations et demander une rencontre rapide entre hauts fonctionnaires sur la question.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook