Obama et Karzaï discutent d’un prolongement de la mission américaine

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Associated Press
Le reportage de Joyce Napier

Le président américain Barack Obama et son homologue afghan Hamid Karzaï ont discuté vendredi de la possibilité de maintenir une présence des soldats américains en Afghanistan au-delà de 2014, date à laquelle prend fin la mission de l'OTAN.

Dans une déclaration commune à l'issue d'une rencontre de deux heures et demie à Washington, les deux dirigeants ont exposé que le nombre des soldats qui pourraient rester sur place serait précisé dans un « accord de sécurité bilatéral ».

Par ailleurs, si elle est prolongée, la mission américaine doit être « tenable » et soutenir une armée afghane « capable et efficace et qui continue à maintenir la pression sur ce qui reste d'Al-Qaïda et de ses [groupes] affiliés », dit la déclaration émise par la Maison-Blanche.

Des commandants américains en Afghanistan ont déjà suggéré de laisser un contingent de 6000 à 15 000 soldats américains en Afghanistan après le retrait prévu l'année prochaine. Ce contingent serait chargé de poursuivre la lutte contre le terrorisme et d'aider à la formation des troupes afghanes.

Les États-Unis disent qu'ultimement, leur décision quant à l'avenir de la mission américaine en Afghanistan dépendra de leur objectif qui est de défaire Al-Qaïda.

Aussi, la Maison-Blanche a précisé que la mission américaine prendrait un virage dès ce printemps et passerait de mission de combat à mission de soutien. À l'origine, ce changement ne devait pas s'effectuer avant l'été 2013.

Karzaï promet de ne pas s'accrocher au pouvoir

Lors de la conférence de presse tenue en compagnie du président américain, Hamid Karzaï a assuré qu'il ne chercherait pas à se maintenir au pouvoir à la fin de son deuxième mandat, le dernier que lui autorise en principe la Constitution du pays. Ce second mandat se termine en 2014.

« Pour moi, le point le plus important de mon bilan, en fin de compte, sera une élection bien organisée, sans ingérence, lors de laquelle les Afghans pourront élire leur prochain président. Et, évidemment, je serai un président à la retraite, et très heureux de l'être », a déclaré M. Karzaï.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook