Mali : l'armée repousse une attaque islamiste à Mopti

Des rebelles islamistes circulant à Gao, dans le nord du Mali (archives) Des rebelles islamistes circulant à Gao, dans le nord du Mali (archives)  Photo :  AFP/ISSOUF SANOGO

Le ministère de la Défense malien a annoncé mardi que l'armée a repoussé une attaque islamiste dans la région de Mopti, une des rares villes encore sous le contrôle de l'armée malienne.

L'attaque a été menée par les membres d'Ansar Dine, de l'AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique) et le Mujao (le Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest).

Située à 450 kilomètres au nord de la capitale, Mopti occupe une position stratégique et abrite une importante base de l'armée malienne ainsi qu'un aéroport.

Profitant de l'instabilité provoquée par un coup d'État en avril dernier, les groupes islamistes et le mouvement séparatiste touareg (MNLA - Mouvement national pour la libération de l'Azawad) ont pris le contrôle du nord du pays.

Reprise des pourparlers

L'attaque des groupes islamistes survient deux jours avant la reprise des négociations entre les rebelles et le gouvernement malien prévus à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

Le groupe islamiste Ansar Dine, qui s'était engagé à renoncer au terrorisme, a annoncé la semaine dernière qu'il rompait le cessez-le-feu en raison du projet de la communauté internationale de déployer une force ouest-africaine pour chasser les rebelles.

Intervention africaine ou internationale?

En décembre, le Conseil de sécurité de l'ONU a approuvé des plans visant à déployer un contingent de troupes ouest-africaines dans le nord du Mali pour en chasser les groupes djihadistes, mais l'opération ne devrait pas être lancée d'ici septembre.

En visite à Ottawa, le président béninois Boni Yayi, dont le pays préside actuellement l'Union africaine, a souhaité que des forces non africaines, notamment de pays de l'OTAN, s'associent à la reconquête du nord du Mali.

Pour sa part, le premier ministre Stephen Harper a indiqué que le Canada ne participera pas directement au déploiement au Mali.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook