Israël : Benyamin Nétanyahou appelle à l'union des électeurs de droite sous sa bannière

La campagne électorale bat son plein en Israël pour les élections générales du 22 janvier prochain, comme ici à Bnei Brak, près de Tel Aviv La campagne électorale bat son plein en Israël pour les élections générales du 22 janvier prochain, comme ici à Bnei Brak, près de Tel-Aviv  Photo :  PC/Oded Balilty

Dans une rare entrevue, dimanche, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a appelé sa base de l'aile droite à voter pour sa liste électorale, plutôt que pour des solutions de rechange plus radicales, afin d'éviter qu'il ne soit battu par une éventuelle coalition de centre gauche.

Son appel fait écho à des développements survenus lors des dernières semaines et qui ont laissé M. Nétanyahou plus vulnérable en prévision des élections du 22 janvier : l'émergence d'un nouveau et charismatique leader pro-colons, de vives critiques de son leadership par un ancien chef de la sécurité et, au cours de la fin de semaine, des démarches menées par trois partis de centre gauche pour former une coalition désireuse de former le prochain gouvernement.

Le premier ministre sortant ne semble malgré tout pas risquer de perdre son poste au prochain scrutin; il était donc difficile de déterminer si ses commentaires reflétaient une véritable nervosité ou s'il utilisait les rumeurs de fusion du courant de centre gauche pour amener les Israéliens à se rallier à sa ligne dure.

Le bloc de centre gauche serait formé du Parti travailliste, qui s'oppose aux politiques économiques de M. Nétanyahou, du Parti Hatnua, de l'ancienne ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, qui estime que le premier ministre nuit aux efforts de paix avec les Palestiniens et de l'ancien journaliste Yaïr Lapid, dont le parti, Yesh Atid, estime que le premier ministre n'a pas écouté la classe moyenne.

Tentative d'alliance de centre gauche

Les chefs de file de trois partis de centre et de gauche n'ont pas réussi à se mettre d'accord en vue de former un front uni face au premier ministre Benyamin Nétanyahou. Des discussions ont eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi entre la chef du nouveau parti centriste, HaTnuah (« le Mouvement », en hébreu), Tzipi Livni, la chef du parti travailliste, Shelly Yachimovich, et Yaïr Lapid, un ancien journaliste-vedette, chef du parti centriste Yesh Atid.

Selon M. Nétanyahou, les partis de centre gauche ont un objectif : renverser son gouvernement.

Des sondages ont montré qu'un bon nombre d'électeurs de droite n'accordaient plus leur soutien à la liste du Likoud, le parti de M. Nétanyahou, et appuyaient plutôt le parti pro-colonisation Maison juive, dirigé par le millionnaire Naftali Bennett.


Associated Press

 

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook