Des leaders religieux commémorent le massacre de Sandy Hook

Quelques dizaines de résidants se sont joints aux représentants catholiques, méthodistes, bouddhistes, musulmans et d'autres congrégations religieuses pour la cérémonie. Quelques dizaines de résidants se sont joints aux représentants catholiques, méthodistes, bouddhistes, musulmans et d'autres congrégations religieuses pour la cérémonie.  Photo :  Carol Kaliff (AP)

Des représentants de différentes religions se sont rassemblés vendredi sur un terrain de soccer enneigé de Newtown, au Connecticut, pour souligner la fusillade survenue il y a deux semaines dans une école primaire de la ville.

Quelques dizaines de résidants se sont joints aux représentants catholiques, méthodistes, bouddhistes, musulmans et d'autres congrégations religieuses pour la cérémonie.

« Vos leaders de foi veulent que vous sachiez que nous continuons de nous tenir à vos côtés pendant que nous continuons tous d'affronter la grande tragédie qui s'est abattue sur la communauté de Newtown », a déclaré le révérend Jack Tanner, de l'Église chrétienne de Newtown. « Ce n'est que le début d'un long processus de guérison par lequel nous devrons tous passer. »

Le 14 décembre, un jeune homme est entré dans l'école primaire de Sandy Hook et a ouvert le feu, tuant 20 enfants de première année et six adultes. Il avait tué sa mère avant de se rendre à l'école, et il s'est suicidé après le massacre.

Les condoléances affluent de tout le pays depuis la tragédie. Dans le quartier Sandy Hook de Newtown, de nombreux monuments commémoratifs improvisés sont couverts d'animaux en peluche, de fleurs, de bougies et de croix. De petits bas de Noël portant les noms des victimes sont suspendus à l'un des monuments, et des affiches de condoléances provenant de la Caroline du Sud et de la Floride offrent de l'amour et des prières.

Patti Raddock, de Fairfield, au Connecticut, faisait partie des non-résidants qui se sont rendus à Newtown pour rendre hommage aux victimes. Elle a déclaré que la tragédie l'avait rendue malade.

« C'est toujours impossible à comprendre », a-t-elle dit. « Je ne sais pas comment nous aurions pu empêcher ce genre de folie. »


Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook