Le pape appelle à la paix en Syrie à l'occasion de Noël

Radio-Canada avec Agence France-Presse, La Presse Canadienne et Reuters
Le récit de Luc Lapierre

Lors de sa traditionnelle bénédiction Urbi et Orbi (à la ville et au monde), le pape Benoît XVI a lancé un appel à la paix, notamment aux acteurs de la guerre civile qui ravage la Syrie.

« Oui, que la paix germe pour la population syrienne, profondément blessée et divisée par un conflit qui n'épargne pas même les personnes sans défense et fauche des victimes innocentes », a déclaré le souverain pontife depuis le balcon central de la basilique Saint-Pierre de Rome, à l'occasion de la fête de Noël.

« Je fais appel pour que cesse l'effusion de sang, que soient facilités les secours aux personnes déplacées et aux réfugiés et que, par le dialogue, soit recherchée une solution politique au conflit. » — Benoît XVI

Devant des dizaines de milliers de fidèles rassemblés sur la place Saint-Pierre, le pape a également plaidé pour que cessent les violences au Nigéria et au Kenya, secoués par « d'atroces » attentats islamistes ciblant des lieux de culte. Il a aussi mentionné les conflits qui ont cours en République démocratique du Congo et au Mali.

Évoquant le printemps arabe, Joseph Ratzinger a rappelé que le nord de l'Afrique « traverse une profonde transition à la recherche d'un nouvel avenir ». Il a entre autres parlé de l'Égypte comme d' « une terre aimée et bénie par l'enfance de Jésus, où les citoyens doivent construire ensemble une société fondée sur la justice, le respect de la liberté et de la dignité de chaque personne ».

Benoît XVI a par ailleurs invité les nouveaux dirigeants chinois à « mettre en valeur l'apport des religions, dans le respect de chacune, de sorte qu'elles puissent contribuer à la construction d'une société solidaire, au bénéfice de ce noble peuple et du monde entier ». La communauté catholique chinoise est divisée entre une Église fidèle à Rome et une Église patriotique liée au pouvoir.

S'adressant enfin à l'Amérique latine, continent où les catholiques sont les plus nombreux, il a prié le Christ pour qu'il « soutienne tous ceux qui sont contraints à émigrer » et incité les gouvernements à lutter contre le crime organisé.

Le pape a voulu livrer un message d'espoir aux 1,2 million de catholiques à travers le monde. « Oui, il y a une terre bonne, une terre saine, libre de tout égoïsme et de toute fermeture. [...] Cette terre existe et aujourd'hui aussi, en 2012 [...] Par conséquent, il y a de l'espérance, une espérance fiable, même dans les moments et dans les situations plus difficiles », a-t-il affirmé.

La place de Dieu dans le monde moderne

La veille, le pape a mis l'accent sur la difficulté pour les fidèles comme pour les non-croyants de laisser une place à Dieu dans le monde moderne lors de sa messe de Noël.

Il a regretté que le rythme auquel fonctionnent les sociétés contemporaines rende le rapport à Dieu de plus en plus difficile. « Nous sommes totalement remplis de nous-mêmes, si bien qu'il ne reste aucun espace pour Dieu », a-t-il dit. « Nous voulons les choses tangibles, le bonheur expérimentable », a rappelé Benoît XVI durant la célébration qui a duré plus de deux heures.

Le visage fatigué, le souverain pontife, qui célébrait la huitième messe de Noël de son pontificat, a reconnu que « le monothéisme a servi de prétexte à l'intolérance et à la violence ». « Il n'est pourtant pas vrai que le [non] à Dieu rétablirait la paix », a-t-il ajouté. Le pape a rappelé ces « types de violence arrogante » où « l'homme déprécie et écrase l'homme », que « nous avons vus dans leur toute cruauté au siècle dernier ».

Benoît XVI a également prié pour la paix en Palestine et Israël, en Syrie, au Liban, en Irak en plaidant pour « que les chrétiens puissent y maintenir leur demeure » et que « chrétiens et musulmans construisent ensemble leur pays ».

La cérémonie avait commencé à 22 h (16 h, heure de Montréal) plutôt qu'à minuit. L'heure de la messe de Noël a été modifiée par le Vatican il y a quelques années pour permettre au pape de se reposer avant son discours du jour de Noël.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook