Le monde arabe en mutation

Syrie : un journaliste américain libéré par les rebelles 

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Le journaliste Richard Engel, au centre, avec deux de ses collègues après leur retour en Turquie. Le journaliste Richard Engel, au centre, avec deux de ses collègues après leur retour en Turquie.  Photo :  AFP

Après cinq jours de détention par des milices prorégime, le journaliste américain Richard Engel et son équipe ont été libérés par des rebelles mardi.

Le journaliste de la chaîne américaine NBC et et ses deux collègues ont passé la frontière avec la Turquie pour entrer en Syrie jeudi dernier. Une fois en Syrie, ils ont été enlevés, ligotés et transportés les yeux bandés vers un endroit probablement proche de la ville de Ma'arrat Misrin, selon NBC.

Selon M. Engel, les ravisseurs voulaient les échanger contre quatre agents iraniens, deux Libanais et d'autres personnes détenues par les rebelles.

Les otages ont été libérés après un échange de tirs entre les ravisseurs et des rebelles. Deux des ravisseurs ont été tués et les autres ont réussi à prendre la fuite.

Mardi, l'équipe américaine a repassé la frontière avec la Turquie.

Les rebelles des Brigades Ahrar al-Sham ont confirmé dans un communiqué être les libérateurs du journaliste américain et de son équipe.

Les ressortissants russes sont des « cibles légitimes »

L'opposant Haïthem Al-Maleh, le chef du Conseil pour la révolution syrienne, qui est établi en Égypte, a déclaré que les ressortissants russes constituent des « cibles légitimes » pour les rebelles syriens.

Dans une entrevue avec la chaîne de télévision russe Russia Today, M. Al-Maleh a estimé que « la Russie mène une guerre contre le peuple libyen et fournit à la bande dirigeante [le régime syrien] toutes sortes d'armes ».

Pour M. Al-Maleh, le veto russe a conduit à la mort de « 50 000 personnes en Syrie ». Il a ajouté que « les citoyens des pays qui mènent la guerre au peuple syrien sont des cibles légitimes, comme les Iraniens ».

Vers l'évacuation des ressortissants russes

La Russie a dépêché une flottille de navires de guerre en Méditerranée en prévision d'une éventuelle évacuation de ses ressortissants de Syrie.

Selon l'agence de presse russe Interfax, les navires ont appareillé d'un port de la mer Baltique vers la Syrie, où Moscou dispose d'une base navale dans le port de Tartous.

Lundi, deux Russes travaillant en Syrie et un Italien ont été enlevés.

Quelque 5300 ressortissants russes sont enregistrés auprès du consulat de Russie à Damas, mais, à Moscou, le ministère des Affaires étrangères estime que de nombreux autres ressortissants n'ont pas signalé leur présence.

En complément

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook