La police confirme qu'Adam Lanza est l'auteur de la fusillade de Newtown

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
De Newtown, Yvan Côté rapporte les derniers développements.

Adam Lanza est bien celui qui a tué 26 personnes vendredi dans une école primaire de Newtown, au Connecticut. Le porte-parole de la police, Paul Vance, a confirmé l'identité du tireur dimanche et le fait que le jeune homme de 20 ans se soit suicidé dans l'école après le carnage.

Le lieutenant Vance a également confirmé que la mère d'Adam Lanza, Nancy Lanza, a été tuée à son domicile. Comme les autres victimes, celle-ci est morte après avoir été criblée de plusieurs balles. Il n'a toutefois pas précisé si Adam Lanza avait tué sa mère.

Regardez l'émission spéciale de RDI :

Les policiers ont retrouvé quatre armes à feu en tout, trois à l'école et une dans le véhicule utilisé par Adam Lanza, a ajouté M. Vance.

Adam Lanza a utilisé un fusil d'assaut Bushmaster AR-15 pour tuer la plupart de ses victimes à l'école. Il avait également deux armes de poing, un Glock 10 mm et un Sig Sauer 9 mm. Il avait laissé dans sa voiture un fusil de chasse. C'est avec une arme de poing qu'il s'est suicidé.

Le tireur portait sur lui de nombreux chargeurs de trente balles chacun, a ajouté le lieutenant Vance.

Plus tôt, le gouverneur de l'État, Dannel Malloy, avait indiqué que le tireur s'était suicidé dès l'arrivée des secours à l'école. Il a d'ailleurs fait valoir qu'il y aurait peut-être eu beaucoup plus de victimes si le tireur avait eu plus de temps.

M. Malloy n'a pu donner aucun motif qui aurait poussé l'homme à agir ainsi. Un policier a aussi dit qu'aucune lettre ou journal personnel n'a été découvert, rapporte l'Associated Press.

Il a par ailleurs mis en garde les médias et la population contre le flot de fausses informations véhiculées sur les réseaux sociaux à propos du drame, notamment sur les motifs qui auraient poussé le tireur à commettre son geste. Certaines personnes auraient créé des comptes au nom du présumé tireur.

Église évacuée

L'église St Rose de Newtown où se succèdent les messes depuis dimanche matin a été évacuée en raison de menaces finalement non fondées. Les policiers ont fouillé l'église, ainsi qu'une autre bâtisse. Les gens qui assistaient à la messe étaient en train de chanter quand un pompier leur a demandé de quitter les lieux. L'opération policière est terminée.

Le président Barack Obama est arrivé à Newtown dimanche, notamment pour rencontrer les familles des victimes de la fusillade.

De son côté, la sénatrice démocrate de la Californie Dianne Feinstein proposera une loi pour bannir les fusils d'assaut dès l'entrée en fonction du nouveau Congrès au début janvier.

Journée de recueillement

Dans la communauté de Newtown, dimanche, des proches de victimes se recueillaient, certains ont livré des témoignages émouvants.

Robbie Parker, le père d'une petite victime, Emilie Parker, 6 ans, a fait part de son incompréhension et présenté ses condoléances aux familles, y compris celle de Lanza.

« Je ne sais pas comment parvenir à surmonter une chose pareille », a-t-il dit, la voix remplie de sanglots.

« Ma femme et moi-même ne savons pas comment appréhender cela ni comment continuer à vivre. » — Père d'une victime

Samedi soir, des veillées aux bougies ont eu lieu dans la petite communauté de 27 000 âmes. Dans la journée, les autorités avaient rendu publique la liste des victimes.

Douze filles et huit garçons ont été tués. Seize avaient six ans, les quatre autres sept ans. Le plus jeune, Noah Pozner, avait eu six ans le 20 novembre, le plus âgé, Daniel Barden, sept ans le 25 septembre.

Les six adultes tuées sont toutes des femmes. Victoria Soto, 27 ans, aurait été tuée après avoir caché ses élèves dans un placard. La directrice, Dawn Hochsprung, 47 ans, et la psychologue Mary Sherlach, 56 ans, l'ont été alors qu'elles couraient pour protéger les enfants après avoir entendu les coups de feu, a expliqué une responsable de l'école, Janet Robinson.

Le médecin légiste Wayne Carver a précisé que les enfants et les femmes avaient tous été atteints de plusieurs projectiles. « De 3 à 11 fois pour les sept que j'ai examinés personnellement », a-t-il dit lors d'une conférence de presse. Visiblement ébranlé, il a ajouté qu'il n'avait jamais rien vu de pire en trente ans de carrière.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook