Russie : 11 ans de camp pour le meurtrier d'Anna Politkovskaïa

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Associated Press
Un portrait d'Anna Politkovskaïa lors d'un rassemblement, le 7 octobre 2010. Un portrait d'Anna Politkovskaïa lors d'un rassemblement, le 7 octobre 2010.  Photo :  AFP/NATALIA KOLESNIKOVA

Un ancien policier russe a été condamné à 11 ans de prison et à une amende de quelque 100 000 dollars pour son rôle dans le meurtre, en 2006, de la journaliste Anna Politkovskaïa.

L'ancien lieutenant-colonel Dmitri Pavlioutchenkov, qui aurait suivi Mme Politkovskaïa et fourni l'arme au tueur, avait conclu une entente qui lui accordait une peine réduite en échange de sa collaboration.

La famille de Mme Politkovskaïa s'était opposée à cette entente, qui permet à Pavliouchenkov de plaider coupable sans devoir témoigner, en prétextant que cela n'aiderait pas à retracer les organisateurs du meurtre. Le commanditaire du meurtre demeure inconnu six ans après les faits.

Or, Pavliouchenkov devait fournir le nom du commanditaire du meurtre en échange d'une peine réduite. Mais, Pavlioutchenkov « n'a pas tenu ses engagements », déplore l'ONG Reporters sans frontières. « Vu les obstacles qui entravent l'identification du commanditaire [de l'assassinat], celui-ci fait partie des personnes les plus intouchables dans la Fédération de Russie », a déclaré le rédacteur en chef du journal où travaillait Mme Politkovskaïa, Dimitri Mouratov.

La famille de la journaliste réclamait que Pavliouchenkov soit condamné à la peine maximale de 13 ans. De son côté, la défense en appellera de la peine de 11 ans de camp de travail, elle qui réclamait une peine avec sursis.

La direction de Novaïa Gazeta craint que le commanditaire du meurtre ne soit jamais connu. Une crainte partagée par l'association internationale de défense des journalistes Reporters sans frontières (RSF). Cette dernière a dénoncé le procès éclair de deux jours « sans examen des preuves et à huis clos partiel ».

Le tueur présumé et quatre autres suspects seront traduits en justice séparément.

Mme Politkovskaïa, qui dénonçait fréquemment les politiques du Kremlin en Tchétchénie, a été abattue chez elle le 7octobre 2006.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook