Premier tweet papal

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
Le pape Benoît XVI envoie son premier tweet, le 12 décembre 2012. Le pape Benoît XVI envoie son premier tweet, le 12 décembre 2012.  Photo :  AFP/VINCENZO PINTO

Le pape Benoît XVI a lancé mercredi son premier tweet, pour saluer et bénir son million d'abonnés.

« Chers amis, c'est avec joie que je m'unis à vous par Twitter. Merci pour votre réponse généreuse. Je vous bénis tous de grand coeur », a-t-il écrit à 11 h 30, heure locale, à l'issue de l'audience générale, depuis son compte personnel @pontifex. En 40 minutes, son message a été retweeté dans sa version anglaise 15 600 fois. Il a été traduit en sept autres langues : italien, espagnol, portugais, allemand, français, arabe et polonais.

Benoît XVI a envoyé ces quelques mots sur une tablette tactile qui lui a été remise par l'archevêque Claudio Maria Celli, président du Conseil pontifical pour les communications sociales. La tablette était posée sur une table couverte d'un tissu rouge. Après s'être fait montrer le fonctionnement de la tablette, Benoît XVI, souriant, l'air légèrement hésitant, a remis ses lunettes et a appuyé son doigt sur la touche qui lui a permis d'envoyer son premier tweet.

Le compte Twitter du pape, créé le 3 décembre, a franchi mercredi le million d'abonnés.

« Les premiers tweets seront des réponses à des questions posées au pape sur la foi », avait annoncé la semaine dernière Greg Burke, le nouveau conseiller en communication du Vatican, qui invitait les utilisateurs à commencer à poser leurs questions.

Dans un deuxième tweet, une trentaine de minutes plus tard, le souverain pontife a répondu à une question portant sur la meilleure façon de vivre l'année de la foi. Sa réponse :

Il devrait répondre dans le courant de la journée à deux autres messages parmi les milliers qui lui sont parvenus depuis l'ouverture de son compte.

Comme des versets de l'Évangile

Le père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, a tenu à souligner dans son éditorial hebdomadaire sur Radio Vatican, que, malgré leur concision, les 140 caractères de Twitter permettraient quand même au pape de rejoindre les fidèles. Il a rappelé qu'une grande partie des versets de l'Évangile sont encore plus courts. « Les tweets du pape porteront leurs fruits, se multiplieront par 30, 60 », a-t-il écrit, tout en précisant que « le monde ne sera pas sauvé à coup de tweets ».

Même s'il s'est réjoui du nombre de personnes qui suivent le compte de Benoît XVI, l'archevêque Claudio Maria Celli a affirmé que le souverain pontife ne cherche pas la popularité comme pourrait le faire une vedette. Il cherche plutôt à se rapprocher des hommes et des femmes d'aujourd'hui et à « lutter contre la désertification du monde spirituel. »

Les tweets seront rédigés par des conseillers, avant d'être relus et signés par le pape.

Moqueries 2.0

Les railleries et les critiques propres à la dynamique de Twitter n'ont pas fait relâche avec l'arrivée du souverain pontife. À son interrogation sur la meilleure manière de célébrer « l'Année de la foi », certains se sont moqués.

« Avec un bon chocolat chaud. Et Dieu dans tout ça? » a répondu un des abonnés portugais du pape sous l'adresse @tensoblog.

D'autres en ont profité pour critiquer le Vatican :

« En prêchant plus de tolérance, votre sainteté. L'Église n'a pas su s'adapter à la modernité », a pour sa part écrit @klubbkiddkl, un catholique qui avoue s'être éloigné de l'Église.

Certains adeptes de Twitter ont par ailleurs pris la question du pape au sérieux :

« Avec humilité et charité et en donnant l'exemple », a répondu @francagiansol, une internaute italienne.

Le Vatican a souligné qu'il était ouvert à tous les types de réactions circulant sur les réseaux sociaux,qu'il perçoit comme des forums de démocratie.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook