La Corée du Nord veut lancer une nouvelle fusée en décembre

Des soldats nord-coréens près de la rampe de lancement de la fusée en avril dernier Des soldats nord-coréens près de la rampe de lancement de la fusée en avril dernier  Photo :  AFP

La Corée du Nord a annoncé samedi qu'elle allait procéder au lancement d'une fusée de longue portée entre le 10 et le 22 décembre, un tir qui risque d'accroître les tensions avec la Corée du Sud et les États-Unis. Washington soupçonne en effet ce type de lancement de constituer des essais déguisés de technologie de missile à longue portée, proscrits par les Nations unies.

Le communiqué de la Corée du Nord précise que la fusée, qui devra mettre en orbite polaire un satellite d'observation de la Terre, sera lancée vers le sud depuis le centre spatial situé sur la côte nord-ouest du pays.

En avril, la Corée du Nord avait déjà tenté de lancer une fusée de longue portée mais cette dernière s'était disloquée peu après son décollage. Un porte-parole du Comité nord-coréen pour la technologie spatiale a expliqué samedi qu'il avait « analysé les erreurs qui avaient été commises » lors du tir d'avril et avait amélioré la précision de la fusée et du satellite, selon l'agence officielle nord-coréenne. Ce lancement avait suscité de vives condamnations internationales.

Le nouveau lancement annoncé par Pyongyang risque de provoquer un regain de tensions avec son voisin sud-coréen, dont l'élection présidentielle doit se dérouler le 19 décembre. Séoul a d'ores et déjà accusé son voisin de tenter d'influencer le résultat des élections par ce qu'ils considèrent comme des provocations destinées à faire pression sur les électeurs et sur les États-Unis. Ce sera le second essai réalisé dans le pays depuis que Kim Jong-un a succédé à son père Kim Jong-il à la mort de ce dernier le 17 décembre 2011. Le jeune dirigeant nord-coréen s'est engagé à renforcer son arsenal nucléaire si Washington ne stoppait pas ce que Pyongyang qualifie de politique hostile.

La Corée du Nord célèbre cette année le centenaire de la naissance du fondateur de la nation, Kim Il-Sung, le grand-père de Kim Jong-un. Selon la propagande nord-coréenne, 2012 devait placer le pays sur le chemin la conduisant à devenir une « nation forte, prospère et grande ».

« La Corée du Nord semble être sous pression pour rattraper l'échec de son lancement avant que l'année [...] ne se termine », a analysé Koh Yu-hwan, expert de la Corée du Nord à l'université de Dongguk de Séoul. Selon lui, si le tir de la fusée réussit, la Corée du Nord serait en position de négocier avec la Corée du Sud et les États-Unis, car cela signifierait que « le pays est sur le point de développer des missiles capables de contenir des ogives nucléaires », a-t-il analysé.


Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook