Syrie : l'émissaire de l'ONU appelle à l'envoi de Casques bleus

Radio-Canada avec Al-Jazira, Le Figaro et Associated Press
Lakhdar Brahimi au siège de l'ONU à New York Lakhdar Brahimi au siège de l'ONU à New York  Photo :  AFP/STAN HONDA

L'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie, Lakhdar Brahimi, a plaidé vendredi devant l'Assemblée générale des Nations unies en faveur de l'envoi de Casques blues pour faire appliquer le cessez-le-feu.

Selon lui, aucun arrêt des violences ne sera respecté par les antagonistes sans la présence de forces de maintien de la paix.

M. Brahimi s'est inspiré essentiellement de l'accord de Genève, préparé par son prédécesseur Kofi Annan.

L'accord de Genève

En juillet dernier, les membres du Conseil de sécurité de l'ONU, la Turquie et la Ligue arabe s'étaient entendus sur une solution politique de la crise syrienne, incluant un gouvernement de transition. Mais quelques jours après, l'accord a été mis de côté, en raison d'une différence d'interprétation sur la place qu'occuperait Bachar Al-Assad dans ledit gouvernement de transition.

Il a précisé que le succès de son plan ne peut avoir lieu sans une résolution contraignante du Conseil de sécurité de l'ONU.

Le diplomate algérien a fait part de sa conviction, selon laquelle la solution de la crise syrienne passe par le dialogue politique. Autrement, la Syrie s'effondrerait.

Gouvernement de transition

L'autre point du plan de M. Brahimi est la constitution d'un gouvernement de transition formé par des membres de l'opposition et des membres du régime. Ce gouvernement aura des pouvoirs exécutifs jusqu'aux élections présidentielles, législatives et municipales en 2014.

Le représentant de la Syrie à l'ONU, Bachar Al-Djaafari, a indiqué que son gouvernement appuie totalement la mission de M. Brahimi.

Il a expliqué que son gouvernement était aussi pour un dialogue politique avec toutes les composantes de la société syrienne et qu'il refusait toute solution imposée de l'étranger.

Par ailleurs, M. Brahimi a accueilli favorablement la naissance de la nouvelle Coalition nationale syrienne, qui, selon lui, est un pas positif vers l'unification de l'opposition syrienne.

Sur le terrain

Les forces de sécurité syriennes ont tué vendredi près de 19 Libanais et un Palestinien qui combattaient avec les rebelles syriens.

Le groupe tentait d'entrer dans la ville syrienne de Tal Kalakh, près de la frontière libanaise.

Dans la capitale syrienne, des soldats affrontent toujours des rebelles. Néanmoins, l'arrêt des combats autour de l'aéroport de Damas a permis sa réouverture.

Entre-temps, la coupure des communications téléphoniques et d'Internet se poursuit pour la deuxième journée consécutive.

Les autorités syriennes ont déjà par le passé coupé Internet et les liaisons téléphoniques dans des zones visées par des opérations militaires.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

info en continu

Facebook