La trêve entre le Hamas et Israël vacille

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Proche-Orient : une trêve mal accueillie

La trêve entre le Hamas et l'armée israélienne a connu son premier accroc, vendredi.

Un Palestinien a été tué en bordure de la bande de Gaza et plusieurs autres ont été blessés par des tirs israéliens provenant de l'autre côté de la frontière, affirme Reuter, qui cite une source médicale.

Un porte-parole du Hamas a accusé Israël d'avoir violé la trêve. Selon Sami Abou Zouhri, un Palestinien de 20 ans a été tué et 19 autres ont été blessés vendredi par les tirs de soldats israéliens. Il s'agissait, selon le porte-parole du Hamas, d'un groupe d'agriculteurs dans le village de Khouzaa, qui tentaient de rejoindre leurs terres, près de la frontière.

Côté israélien, l'armée a déclaré que des vérifications étaient en cours. Selon une porte-parole militaire, des dizaines de Palestiniens se trouvaient vendredi matin « près de la barrière, côté Gaza ». « Ils lancent des pierres alors qu'ils tentent d'ouvrir une brèche dans la barrière », a ajouté Avital Leibovich sur son compte Twitter.

De source médicale palestinienne, on précise que les coups de feu ont éclaté alors que des Palestiniens s'approchaient du mur de sécurité qui court le long de la frontière de Gaza, une zone déclarée interdite par les autorités israéliennes.

La trêve est entrée en vigueur mercredi soir dernier, après une semaine d'échanges de tirs entre les deux parties. Environ 160 Palestiniens et 6 Israéliens ont trouvé la mort au cours de la semaine dernière.

Des efforts pour la trêve

Les médiateurs égyptiens ont demandé au Hamas et aux Israéliens de prendre les mesures nécessaires pour éviter de nouveaux incidents à la frontière entre les deux territoires après la mort d'un Palestinien.

Le mouvement islamiste, qui dirige le territoire palestinien, a fait évacuer une bande de 300 mètres séparant la clôture de sécurité qui délimite la frontière avec l'État hébreu. « Nos consignes, c'est de ne permettre à personne de s'approcher de la clôture de sécurité« , a déclaré un membre des services de sécurité palestiniens.

Un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a précisé que cette mesure découlait de l'accord de cessez-le-feu de mercredi, dans le but de protéger les fermiers palestiniens de ce secteur.

Des répercussions en Cisjordanie

Par ailleurs en Cisjordanie, l'armée israélienne a arrêté 28 Palestiniens, vendredi, dont 5 députés du Hamas, selon l'organisation palestinienne. La veille, 55 militants palestiniens avaient été arrêtés pour « activités terroristes » quelques heures après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu.

L'armée israélienne a confirmé la détention des 28 personnes, mais fait état de la présence de seulement 4 députés.

Les arrestations de militants et de députés sont monnaie courante en Cisjordanie, mais elles se sont intensifiées depuis le début de l'offensive israélienne à Gaza. Selon le Club des prisonniers à Ramallah, plus de 250 Palestiniens ont été arrêtés au cours de la semaine d'hostilités opposant le Hamas à Israël à Gaza.

De nombreuses manifestations en appui aux Gazaouis se sont tenues en Cisjordanie au cours de la semaine dernière.

La Russie déploie des navires au large de Gaza

Pendant ce temps, en Méditerranée, Moscou a ordonné à ses navires de guerre de se positionner au large des côtes de la bande de Gaza.

Selon Moscou, ces navires ont reçu l'ordre de se tenir prêts à évacuer des ressortissants russes de la bande de Gaza au cas où le conflit avec Israël dégénérerait.

Selon les agences Ria-Novosti et Interfax, le groupe de navires dépêchés en méditerranée comprend six navires, dont un croiseur et des navires de débarquement.

D'après le ministère de la Défense russe, si leurs services ne sont pas requis, ces navires pourront se ravitailler à la base russe de Tartous, en Syrie, avant d'aller rejoindre une mission de lutte contre la piraterie, au large de la Somalie.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook