La trêve respectée dans la bande de Gaza

Gaza : le cessez-le-feu tient bon - Jean-François Bélanger

Le cessez-le-feu conclu la veille entre le Hamas et l'État d'Israël semble tenir bon jeudi, mais les dirigeants israéliens ne ferment pas la porte à une reprise des frappes si des roquettes devaient être lancées depuis la bande de Gaza.

Les termes de la trêve incluent notamment l'arrêt de toute opération militaire et prévoient l'ouverture de discussions entre les deux parties 24 heures après son entrée en vigueur.

En huit jours de bombardements, 163 Palestiniens ont été tués dans les frappes aériennes israéliennes, et six Israéliens, dont un soldat, ont été victimes de tirs de roquettes dans le sud d'Israël.

Par ailleurs, l'armée israélienne a arrêté des militants palestiniens en Cisjordanie pour « activités terroristes ».

« Au total, 55 terroristes, affiliés à différents groupes terroristes, ont été arrêtés. Parmi eux se trouve un certain nombre de hauts responsables » de groupes palestiniens, a indiqué l'armée, par voie de communiqué.

Les arrestations constituent une « tentative de restaurer le calme dans la région », a ajouté l'armée israélienne.

Juste après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu mercredi soir, des célébrations ont eu lieu dans l'enclave palestinienne. Des tirs d'armes automatiques, des pétards et des chants de « Allah akbar (Dieu est le plus grand), la résistance a triomphé » ont retenti à travers les rues de Gaza.

Notre envoyé spécial Jean-François Bélanger a indiqué qu'il avait pu sortir dans les rues de Gaza sans gilet pare-balles pour la première fois depuis une semaine. Mais selon lui, les habitants demeurent sur leurs gardes pour le moment.

L'armée israélienne a, pour sa part, estimé avoir « rempli les objectifs qu'elle s'était fixés dans le cadre de l'opération Pilier de défense et infligé des dégâts considérables au Hamas et à ses capacités militaires », selon un communiqué de l'armée.

Elle a affirmé avoir « endommagé et détruit des éléments importants des capacités stratégiques du Hamas ».

L'accord a été annoncé au Caire par la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton et le ministre égyptien des Affaires étrangères Mohammed Kamel Amr.

« Protocole d'accord pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza »

1: (laissé blanc dans le document original)

a/ Israël devra cesser toutes les hostilités dans la bande de Gaza sur terre, dans les airs et sur la mer, y compris les incursions et opérations ciblées visant des individus.

b/ Toutes les factions palestiniennes devront cesser toutes les hostilités à partir de la bande de Gaza visant Israël, y compris les attaques de roquettes et toutes celles lancées tout au long de la frontière.

c/ L'ouverture des points de passage, les opérations facilitant les déplacements de personnes ainsi que les transferts de produits, la suspension des restrictions aux déplacements des habitants ainsi que la suspension des opérations prenant pour cible les riverains des zones frontalières ainsi que les procédures de mise en oeuvre doivent être traités dans un délai de 24 heures après le début du cessez-le-feu.

d/ D'autres questions seront traitées à la demande.

2: Mécanismes de mise en oeuvre:

a/ Fixation de l'heure H à laquelle entrera en vigueur l'accord de cessez-le-feu.

b/ L'Égypte recevra des assurances de chacune des parties sur leur engagement concernant ce qui a été convenu.

c/ Chaque partie s'engagera à s'abstenir de toute action susceptible de mettre à mal cet accord. L'Égypte, en sa qualité de garant de cet accord, devra être tenue informée de toute information en vue de la suite à envisager.

Le texte a été diffusé par la présidence égyptienne.Lire notre article sur le bilan de l'opération « Pilier de défense » et des tirs de roquettes palestiniens

La guerre à Gaza en 7 questions. Le journaliste Jean-François Lépine répond aux questions d'internautes.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook