Le Canada réitère son appui inconditionnel à l'État d'Israël

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird Le ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird  Photo :  PC/Sean Kilpatrick

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird, a fait l'éloge du « miracle » d'un Israël sioniste au moment où la secrétaire d'État américaine prenait part à des négociations pour mettre fin aux violences au Proche-Orient.

Prenant la parole lors d'une activité de financement de la communauté juive au Musée des beaux-arts du Canada mardi, M. Baird a appelé la création d'Israël un « miracle » et a salué son passage de désert à un pays dynamique.

Plus tôt mardi, Hillary Clinton avait quitté le Cambodge, où le président Obama était en visite, en direction de Jérusalem. Elle a tenu des pourparlers avec le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou et est apparue à ses côtés à une conférence de presse.

Elle a indiqué que le but était de trouver une solution durable qui assurerait la stabilité régionale. Mme Clinton a ajouté que la solution devrait répondre aux préoccupations de sécurité et aux aspirations légitimes des Israéliens et des Palestiniens.

Dans son discours à un gala de financement du Jewish National Fund, M. Baird a été moins modéré. Il a expliqué comment il en était venu à être un ardent partisan d'Israël.

Selon le ministre, les tirs de roquettes du Hamas sont de « méprisables actes terroristes qui ciblent des civils ».

Il a expliqué comment l'appui inconditionnel du gouvernement Harper à Israël, qui suscite la grogne des communautés arabe et musulmane du Canada, lui avait valu des critiques.

« Sur Twitter, une personne a dit que j'appuyais que des enfants soient brûlés à Gaza. Un autre m'a accusé de jouer à la diplomatie coloniale avec la vie des Palestiniens. De tels points de vue sont basés sur l'ignorance ou pire... bien pire », a-t-il expliqué.

Il a ensuite parlé de son émerveillement face aux gens qui ont participé à la création d'Israël, pour lui « le retour de la communauté juive à sa terre ancestrale ».

Il a aussi réitéré que les Nations unies étaient anti-Israël et a critiqué les médias qui, selon lui, dépeignent Israël comme l'agresseur dans les affrontements actuels, selon lui.

Mme Clinton a aussi exprimé l'appui des États-Unis à Israël et a appelé à la fin des attaques de roquettes provenant de Gaza. Elle a également dit qu'Israël avait le droit de se défendre, mais qu'aucune défense n'est parfaite.

Au cours des prochains jours, elle doit rencontrer le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avant de se rendre en Égypte.


Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook