Affaire Petraeus : un autre général dans la tourmente

Radio-Canada avec Associated Press, CNN, Wall Street Journal, Agence France-Presse, Reuters et BBC
Le commandant américain de la force l'OTAN en Afghanistan, John Allen, à Bruxelles le 10 octobre 2012. Le commandant américain de la force l'OTAN en Afghanistan, John Allen, à Bruxelles le 10 octobre 2012.  Photo :  AFP/THIERRY CHARLIER

Le commandant américain de la force l'OTAN en Afghanistan, John Allen, fait l'objet d'une enquête pour avoir envoyé des courriels « inappropriés » à Jill Kelley, l'une des deux femmes liées à l'affaire qui a provoqué la démission du chef de la CIA David Petraeus.

Selon un responsable de la Défense américaine qui a requis l'anonymat, le FBI a examiné de 20 000 à 30 000 pages de messages, en grande partie des courriels, que se sont échangés John Allen et Jill Kelley entre 2010 et 2012 .

Jill Kelley, quittant sa maison de Tampa, en Floride, le 12 novembre 2012. Jill Kelley, quittant sa maison de Tampa, en Floride, le 12 novembre 2012.  Photo :  PC/Chris O'Meara

« Nous sommes inquiets concernant des échanges inappropriés. Nous n'allons pas spéculer sur le contenu de ces documents », a toutefois indiqué le responsable américain.

Le secrétaire américain à la Défense et prédécesseur de M. Petraeus à la tête de la CIA, Leon Panetta, a indiqué mardi que l'enquête avait été confiée au Pentagone.

John Allen, qui réfute toute allégation d'acte illégal, « restera commandant » de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) en Afghanistan « tant que l'enquête est en cours », a précisé M. Panetta.

Le secrétaire à la Défense a toutefois demandé que la nomination d'Allen au poste de commandant suprême des forces de l'OTAN en Europe, qui devait initialement être confirmée par le Sénat jeudi, soit reportée. Le président Barack Obama a acquiescé à sa demande.

L'OTAN a pour sa part indiqué avoir pris connaissance du communiqué de Leon Panetta. « Il s'agit d'une enquête lancée aux États-Unis », a mentionné mardi une porte-parole au siège de l'Alliance, à Bruxelles, sans préciser davantage.

Le FBI visite le domicile de l'ex-maîtresse

Cette nouvelle information survient à peine quelques heures après que des agents du FBI se furent présentés lundi soir au domicile de Paula Broadwell, la biographe qui entretenait une relation extraconjugale avec l'ex-chef de la CIA David Petraeus.

Ils se sont rendus à sa résidence de Charlotte, en Caroline du Nord, vers 21 h, avec des boîtes de carton souvent utilisées pour recueillir des éléments de preuve lors de perquisitions.

En plus de prendre des photos à l'intérieur, les agents du FBI semblaient aussi sonder les planchers de la maison, selon le journal Charlotte Observer. La porte-parole du FBI, Shelley Lynch, a confirmé les informations au réseau CNN, mais a toutefois refusé de préciser quelle était la raison de cette visite.

L'ancien chef de la CIA David Petraeus et sa biographe Paula Broadwell le 31 juillet 2011, en Afghanistan. L'ancien chef de la CIA David Petraeus et sa biographe Paula Broadwell le 31 juillet 2011, en Afghanistan.  Photo :  AFP/OTAN

Par ailleurs, le Wall Street Journal rapportait lundi soir qu'un agent du FBI ayant travaillé sur le dossier qui a mené à la démission de David Petraeus faisait lui-même l'objet d'une enquête interne à propos de son comportement.

Des sources anonymes citées par le quotidien indiquent que l'enquêteur était devenu complètement « obsédé » par le dossier sur lequel il travaillait. L'agent du FBI, dont l'identité n'a pas été révélée, a été retiré de l'affaire l'été dernier, après que ses supérieurs eurent découvert des courriels compromettants.

L'agent aurait fait parvenir des photos de lui, torse nu, à Jill Kelley, la femme habitant en Floride qui lui avait demandé de l'aide après avoir reçu des courriels de menace.

L'enquête a ensuite révélé que ces courriels provenaient de Paula Broadwell. Et c'est cette même enquête qui a révélé que le patron de la CIA et Mme Broadwell entretenaient une relation. Le FBI a ensuite contacté M. Petraeus et d'autres responsables du renseignement, tandis que le directeur du renseignement national, James Clapper, a demandé la démission de M. Petraeus.

Celui qui dirigeait la CIA depuis septembre 2011 a finalement annoncé qu'il quittait ses fonctions vendredi dernier, enterrant du même coup les rumeurs sur l'avenir politique d'un homme à qui l'on prêtait même des ambitions présidentielles pour 2016.

Des membres du Congrès américain veulent maintenant en savoir plus sur l'enquête du FBI. Ils veulent notamment savoir quand le nom de l'ancien général a surgi dans l'enquête de la police fédérale américaine, si la sécurité nationale a été compromise et pourquoi ils n'ont pas été informés plus tôt.

Les responsables de la commission du renseignement du Congrès doivent rencontrer mercredi le directeur adjoint du FBI, Sean Joyce, et le directeur adjoint de la CIA, Michael Morell, pour évoquer le cas Petraeus.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook