Pakistan : l'ONU apporte un soutien de taille à Malala Yousafzai

Malala Yousafzai récupère lentement de ses blessures dans un hôpital de Grende-Bretagne. Malala Yousafzai se remet lentement de ses blessures dans un hôpital de Grande-Bretagne.  Photo :  AFP/AFP

L'envoyé de l'ONU pour l'Éducation, Gordon Brown, a présenté vendredi au gouvernement pakistanais une pétition d'un million de signatures en guise de soutien à la jeune militante pour le droit à l'éducation, Malala Yousafzai.

L'adolescente de 15 ans a été gravement blessée par balle il y a un mois par des talibans qui ont affirmé l'avoir prise pour cible en raison de son implication dans la défense de l'éducation des jeunes filles au Pakistan.

Les talibans ont juré sa mort

Une photo de Malala Yousafzai avec sa famille à son chevet dans un hôpital de Grande-Bretagne Une photo de Malala Yousafzai avec sa famille à son chevet dans un hôpital de Grande-Bretagne  Photo :  PC/Queen Elizabeth Hospital Birmingham

La jeune fille a été atteinte de deux balles à la tête en octobre dernier lors d'une tentative d'assassinat conduite par les talibans à Mignora, au Pakistan.

L'adolescente se trouvait dans un autobus scolaire lorsqu'un homme armé y est monté pour l'abattre.

Une autre jeune fille avait aussi été gravement blessée pendant l'attaque.

Le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), lié à Al-Qaïda, avait revendiqué la tentative d'assassinat et promis de tenter de nouveau de la tuer si elle survivait.

Malala a depuis été transférée dans un hôpital de Grande-Bretagne où elle reçoit des soins spécialisés.

L'histoire de Malala Yousafzai a bouleversé des millions de personnes dans le monde et a mis au jour les problèmes du système d'éducation publique au Pakistan.

Un rapport de l'ONU indique que plus de cinq millions de jeunes Pakistanais ne vont pas à l'école, les deux tiers étant des filles.

Un symbole pour les jeunes Pakistanaises

Malala Yousafzai est connue au Pakistan. Elle avait attiré l'attention en 2009, à l'âge de 11 ans, en racontant dans un documentaire télévisé de la BBC la fermeture de son école par les talibans, dans la vallée de Swat, au nord-ouest de la capitale, Islamabad.

Elle avait continué de correspondre par la suite avec la BBC sous un nom d'emprunt pour protéger son identité. Elle racontait dans ses récits le quotidien et la vie d'une jeune fille sous le régime des talibans, qui ont tenu la vallée de Swat de 2007 à 2009.

Les talibans y ont imposé la charia de façon systématique et brutale, notamment en interdisant l'éducation des filles.

Malala Yousafzai, dont l'identité a été révélée après la reprise de la vallée par les forces gouvernementales pakistanaises, suscitait l'admiration au Pakistan et à l'étranger par son courage.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook