Le monde arabe en mutation

11 000 Syriens ont fui leur pays en 24 heures

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Une fillette syrienne, qui a fui Marea avec sa famille, attend dans un refuge au poste frontalier Bab Al-Salameh. Une fillette syrienne, qui a fui Marea avec sa famille, attend dans un refuge au poste frontalier de Bab Al-Salameh. (archives)  Photo :  PC/Muhammed Muheisen

En l'espace de 24 heures, 11 000 Syriens ont fui leur pays pour trouver refuge dans les pays voisins.

Un responsable du Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR) a précisé qu'environ 9000 personnes se sont réfugiées en Turquie, 1000 en Jordanie et 1000 au Liban.

Quelque 2000 réfugiés syriens franchissent les frontières quotidiennement. Selon le HCR, le nombre total dans les quatre pays voisins de la Syrie s'élève à près d'un demi-million.

Ils sont plus de 120 000 en Turquie, 200 000 en Jordanie, 100 000 au Liban et 25 500 en Irak.

Par ailleurs, quatre millions de Syriens auront besoin d'aide humanitaire d'ici le début de l'année prochaine si le conflit perdure, a indiqué John Ging, le directeur des opérations du Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Actuellement, ils sont au nombre de 2,5 millions.

« Tous les jours, nos collègues humanitaires sur le terrain ont affaire à des gens de plus en plus désespérés, qui craignent de plus en plus pour leur survie et leur famille à cause de ce conflit », a expliqué M. Ging.

Le CNS a un nouveau président

Georges Sabra au premier plan avec le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, l'nce président du CNS Abdelbasset Sayda et l'ex-membre du CNS Bassma Kodmani. Georges Sabra au premier plan avec le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, l'nce président du CNS Abdelbasset Sayda et l'ex-membre du CNS Bassma Kodmani.  Photo :  AFP/MEHDI FEDOUACH

Réunis à Doha, la capitale du Qatar, les membres du Conseil national syrien (CNS) ont élu vendredi Georges Sabra à leur tête. Il succède ainsi au kurde Abdelbasset Sayda, qui dirigeait le CNS depuis juin 2012.

M. Sabra a recueilli 28 voix sur les 41 membres que compte le nouveau secrétariat général.

Il s'est engagé au nom du CNS à « oeuvrer, avec les autres composantes de l'opposition syrienne, à accélérer la chute du régime du criminel ».

Quand les journalistes lui ont demandé ce qu'il souhaitait de la communauté internationale, il a répondu : « Nous voulons des armes, nous voulons des armes, nous voulons des armes ».

Le renouvellement des instances du CNS n'a pas été du goût des Comités de coordination locaux (CCL), qui coordonnent l'action de l'opposition à l'intérieur du pays. Ces derniers ont quitté les instances du CNS, arguant « une domination quasi totale des Frères musulmans » de cette organisation de l'opposition syrienne.

Le général Moustafa Cheikh, qui dirige le conseil militaire présidant l'Armée syrienne libre (ASL), s'en est aussi pris aux Frères musulmans, les accusant d'acheter la loyauté de certaines unités de l'ASL.

Georges Sabra

Le nouveau président du CNS est un opposant aguerri du régime Al-Assad père et fils.

Chrétien et ancien communiste, Georges Sabra est arrêté et condamné à huit ans de prison sous le règne de Hafez Al-Assad en 1987.

Lors du soulèvement en mars 2011, il a séjourné à deux reprises en prison, trois mois en tout.

Libéré en septembre 2011, il entre dans la clandestinité et quitte la Syrie au début de l'année 2012 pour participer à la structuration de l'opposition à l'étranger.

Cet instituteur de 65 ans a également participé à l'élaboration de programmes pour les enfants à la télévision. Il a également écrit des livres pour enfants.
Lire notre article sur les factions de l'opposition syrienne

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook