Congrès du PC chinois : Hu Jintao lance un cri d'alarme contre la corruption

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Le reportage de Catherine Mercier

Le président sortant du Parti communiste chinois (PCC), Hu Jintao, a ouvert le 18e congrès du parti en lançant un cri d'alarme contre la corruption endémique qui ravage le pays et il a appelé à plus de démocratie.

Âgé de 69 ans, Hu Jintao a fait de son pays la deuxième puissance mondiale au cours de ses 10 ans au pouvoir. Il a livré un vibrant discours de 90 minutes, au palais du peuple sur la place Tiananmen, prévenant que la corruption pourrait s'avérer « fatale » au régime. Hu Jintao faisait ainsi référence aux scandales politico-financiers impliquant les familles des plus hauts dirigeants, dont un membre du Bureau politique, Bo Xilai.

« Si nous ne parvenons pas à traiter cette question correctement, elle pourra s'avérer fatale et provoquer l'effondrement du parti et de l'État. » — Hu Jintao

Des allégations entourant les fortunes amassées par le premier ministre chinois, Wen Jiabao, et des membres de sa famille ont également fait les manchettes du New York Times, deux semaines avant l'ouverture du congrès du PCC.

Le chef de l'État chinois estime également que le pays a besoin de plus de démocratie dans un contexte où l'économie est réorientée vers le marché intérieur.

Il doit céder son poste de secrétaire général du PCC à son successeur, Xi Jinping, 59 ans, vice-président du parti depuis 2008. Sa nomination au poste de secrétaire général du parti fera de lui le prochain président chinois, une formalité prévue pour le mois de mars 2013 lors de l'Assemblée nationale populaire (ANP).

Le Palais du peuple de Pékin en Chine Le Palais du peuple de Pékin en Chine  Photo :  AFP/Ed Jones

Une économie tournée vers l'intérieur

Le président sortant appelle les membres du PCC à réorienter l'économie de la Chine. Hu Jintao estime que le pays doit mettre en oeuvre « un nouveau modèle de croissance », axé sur la consommation davantage que sur les exportations. Il fixe l'objectif de doubler le produit intérieur brut (PIB) chinois et le revenu personnel des Chinois, qui est de 3500 $ annuellement, d'ici 2020.

L'économiste en chef de la Bank of Communications de Shanghai, Lian Ping, estime qu'il s'agit d'un objectif réaliste, car « la demande intérieure tirera l'économie chinoise à un rythme de 7 à 8 % par année ».

« Au bout de 10 ans, le doublement du PIB est très probable », estime Lian Ping.

Une puissance maritime

M. Hu a également appelé le PCC à faire de la Chine une « puissance maritime », au moment où elle se dispute la souveraineté d'îles situées dans la mer de Chine orientale avec des pays voisins, notamment Taïwan et le Japon. Dans ce contexte, Pékin se doit de « défendre résolument ses droits et ses intérêts maritimes », a précisé le président chinois.Réagissant au discours de Hu Jintao, Tokyo a prévenu que Pékin doit mener ses activités maritimes « pacifiquement ».

« Tous les pays, y compris la Chine, ont le droit et la responsabilité de protéger leurs territoires et leurs eaux, mais ces actions doivent se faire de façon pacifique et conformément au droit international », a indiqué le porte-parole adjoint du ministère japonais des Affaires étrangères, Naoko Saiki.

Des Tibétains s'immolent

Un sixième Tibétain en 48 heures a tenté de s'immoler par le feu en Chine, jeudi. « Il est confirmé qu'il y a eu un sixième [cas], il s'est immolé, mais nous n'avons pas de détail sur son âge ou son nom », a déclaré le porte-parole du gouvernement en exil, Lobsang Choedak, depuis la ville indienne de Dharamsala. De son côté, le gouvernement chinois a confirmé cinq de ces cas d'immolation.

« Les immolations au Tibet sont un appel au sentiment humain de la communauté internationale, du gouvernement chinois et du peuple chinois, pour qu'ils entendent leur cri de désespoir », a souligné un membre du groupe des étudiants pour un Tibet libre, Dicki Chhoyang. Quelque 70 Tibétains ont tenté de s'immoler par le feu depuis février 2009 et 54 sont morts de leurs brûlures.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook