L'émissaire américain pour le Proche-Orient démissionne

George Mitchell George Mitchell, le 16 septembre 2010  Photo :  AFP/Louai Beshara

Le président américain Barack Obama a annoncé, vendredi, qu'il avait accepté la démission de son émissaire spécial pour le Proche-Orient, l'ancien sénateur George Mitchell, qui quitte son poste alors que les pourparlers de paix entre Israéliens et Palestiniens sont au point mort.

M. Mitchell a indiqué dans sa lettre de démission qu'il avait accepté ce poste pour deux ans, et que cette période était terminée depuis quelques mois déjà. Sa démission entrera en vigueur le 20 mai, jour où le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou sera en visite à la Maison-Blanche.

Le départ de M. Mitchell survient dans une période d'effervescence dans les pays arabes, et alors que le processus de paix israélo-palestinien est complètement bloqué.

Mais le président Obama a affirmé vendredi dans un communiqué que le médiateur d'expérience avait « contribué incommensurablement à l'objectif d'avoir deux États vivant côte à côte dans la paix et la sécurité ».

Relancé en grande pompe en septembre 2010, le processus de paix israélo-palestinien est retombé dans l'impasse trois semaines plus tard à l'expiration du moratoire israélien sur les constructions dans les colonies. La situation s'est encore compliquée avec la réconciliation et l'accord de partage du pouvoir entre le Fatah et le Hamas palestiniens.

Le président Obama avait nommé George Mitchell deux jours après son investiture à la Maison-Blanche, en janvier 2009. Depuis, l'artisan des accords de paix de 1998 en Irlande du Nord a passé le plus clair de son temps à faire la navette entre les Israéliens, les Palestiniens et les États arabes amis pour tenter de relancer le processus de paix censé aboutir à la création d'un État palestinien indépendant.

Ces derniers mois, M. Mitchell avait significativement ralenti le rythme, particulièrement après la chute en février du président égyptien Hosni Moubarak, allié de longue date et partenaire de premier plan des États-Unis dans la recherche de la paix dans la région.

Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook