Un dernier adieu

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Victoria Kennedy (de dos), épouse du défunt, reçoit un peu de réconfort devant le Congrès, où le cortège funèbre a fait halte avant de se rendre au cimetière. Victoria Kennedy (de dos), épouse du défunt, reçoit un peu de réconfort devant le Congrès, où le cortège funèbre a fait halte avant de se rendre au cimetière.  Photo :  AFP/Mandel Ngan

Le sénateur Edward Kennedy a été inhumé en soirée aux côtés de ses deux frères assassinés John et Robert au cimetière d'Arlington, après un parcours funèbre qui a attiré des milliers de personnes dans les rues de Washington.

Après des funérailles à Boston, la dépouille du sénateur démocrate a été inhumée au cimetière d'Arlington, près de Washington, où reposent ses frères John et Robert.

La cérémonie, retransmise en direct par les chaînes de télévision, était réservée à sa famille et ses proches.

Le cortège funèbre s'était arrêté plus tôt devant le Congrès où des centaines de personnes s'étaient assemblées en son honneur. La femme du défunt et ses trois enfants sont sortis pour serrer des mains et remercier les personnes présentes.

Plus tôt en journée, quelque 1500 parents, amis et collègues du sénateur Ted Kennedy s'étaient rassemblés à Boston, à la basilique Notre-Dame du perpétuel secours, pour ses funérailles.

Edward Kennedy Jr., (troisième à partir de la gauche), Vicki Kennedy, (troisième à compter de la droite), le president Barack Obama et son épouse, Michelle Obama et d'autres membres de la famille. Edward Kennedy Jr., (troisième à partir de la gauche), Vicki Kennedy, (troisième à compter de la droite), le president Barack Obama et son épouse, Michelle Obama et d'autres membres de la famille.  Photo :  PC/AP/Brian Snyder

Le président Barack Obama et trois de ses prédécesseurs, les démocrates Bill Clinton et Jimmy Carter ainsi que le républicain George W. Bush, ont assisté au service funèbre.

Le violoncelliste Yo-Yo Ma et le ténor Placido Domingo, notamment, ont offert une prestation.

Le président Obama lui a rendu hommage en soulignant qu'il avait été l'âme des démocrates, et le défenseur des pauvres et des plus démunis. Il a aussi rappelé ses luttes pour les droits de la personne, la réforme des lois sur l'immigration, sans oublier sa plus importante croisade, l'établissement d'un système d'assurance-santé pour tous les Américains.

En janvier 2008, Kennedy avait fortement soutenu Barack Obama dans la course à l'investiture démocrate. Les observateurs avaient vu dans ce geste la transmision des appuis à la nouvelle génération au sein du parti.

Lors d'un discours à Toronto, quelques heures après avoir assisté aux funérailles du sénateur défunt, Bill Clinton a salué l'ardeur d'Edward Kennedy dans sa lutte contre les injustices.

L'ex-président démocrate dit maintenant souhaiter que son rêve d'un système de santé abordable pour tous les Américains se réalise enfin.

Avant les funérailles, la dépouille du sénateur avait été exposée en chapelle ardente à la Bibliothèque John F. Kennedy à Boston. Des milliers d'Américains sont venus s'y recueillir.

Plusieurs personnalités politiques ont aussi pris part à une célébration privée vendredi soir. Le vice-président Joe Biden et le candidat défait à la présidence, John McCain, étaient présents. Ils ont tous rappelé à quel point le sénateur aimait sa famille et son pays.

Un ancien candidat à la présidence, le sénateur John Kerry, s'est engagé à poursuivre son combat pour une réforme de l'assurance santé.

Caroline Kennedy, la nièce du sénateur, a évoqué le sens de l'humour de celui qui a joué un rôle important dans sa vie après l'assassinat de son père John F. Kennedy.

Le sénateur Kennedy est mort d'une tumeur cérébrale dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 77 ans.

Jeudi, une cérémonie privée avait aussi été organisée dans la propriété du clan Kennedy à Cape Cod, en présence de son fils Patrick Kennedy, ses nièces Caroline, fille de l'ancien président John F. Kennedy, et Maria Shriver, épouse du gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger.

Un siège vacant

La mort d'Edward Kennedy laisse le siège du sénateur du Massachusetts vide, une situation prévue par le sénateur. M. Kennedy a en effet transmis une lettre au gouverneur de l'État lui demandant de désigner un sénateur par intérim en attendant l'élection d'un nouveau sénateur en janvier.

M. Kennedy voulait ainsi préserver une voix précieuse au Sénat lors du vote de la loi sur la réforme de la santé, défendue avec conviction par le défunt sénateur lui-même.

En complément

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook