Pékin enveloppé dans le smog

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press, Le Point et RIA Novosti
Un épais smog enveloppe la capitale chinoise.  Photo :  AFP/Peter Parks

À moins d'une dizaine de jours de l'ouverture des Jeux olympiques de Pékin, la pollution demeure l'une des principales préoccupations des autorités de la capitale chinoise.

L'épais nuage de smog qui enveloppe depuis dimanche la capitale chinoise inquiète les organisateurs des Jeux olympiques qui envisagent même d'interdire à la circulation jusqu'à 90 % des automobiles.

Lundi, la ville était toujours plongée dans un épais nuage de smog qui réduisait à quelques centaines de mètres seulement la visibilité.

Déjà, les autorités chinoises ont été en mesure, à grand renfort de mesures draconiennes, d'améliorer quelque peu la qualité de l'air pékinois. Toutefois, les conditions météorologiques défavorables des derniers jours pourraient les forcer à envisager des mesures encore plus radicales.

Ainsi, après avoir retiré quelque 300 000 véhicules trop polluants, fermé des usines en périphérie de la ville pour une bonne partie de l'été et imposé un système de circulation alternée pour les 3 millions d'automobiles privées de la capitale, les autorités pourraient désormais interdire à la circulation jusqu'à 90 % des automobiles.

Toujours lundi, l'organisation environnementale Greenpeace déplorait que, malgré tous les efforts mis en branle par les autorités chinoises, le niveau moyen de particules dans l'air de Pékin demeure deux fois plus élevé que la norme recommandée par l'Organisation mondiale de la santé.

Greenpeace constate toutefois que les efforts chinois ont permis de faire baisser les niveaux de dioxyde de soufre sous le niveau fixé par l'OMS.

De plus, et c'est là pour Greenpeace l'impact le plus positif des Olympiques, la ville de Pékin héritera, au terme des Jeux, d'un patrimoine environnemental considérable « en termes d'infrastructures de transport, d'efficacité énergétique et de développement d'énergies renouvelables, du traitement de l'eau et des déchets ».

Des épreuves reportées?

Le président du Comité olympique international, Jacques Rogge, a prévenu l'an dernier que si la qualité de l'air n'était pas satisfaisante, certaines épreuves d'endurance, notamment le marathon, pourraient être reportées. Déjà, le grand marathonien éthiopien Haile Gebrselassie a annoncé qu'il ne participerait pas au marathon de Pékin en raison de la pollution atmosphérique.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook