Un déficit légèrement plus élevé que prévu en 2012-2013

Les explications de Sébastien Bovet

Le déficit financier du Québec a été un peu plus important que prévu pour l'année 2012-2013. C'est ce que révèle le bilan des comptes publics déposé jeudi matin par le ministre des Finances, Nicolas Marceau, à l'Assemblée nationale.

Le déficit budgétaire pour la dernière année financière a été de 1,6 milliard de dollars, alors que la prévision était de 1,5 milliard. Pour ce qui est de la croissance des dépenses, elle s'est établie à 1,2 %, alors que la prévision était de 2 %.

Les dépenses de programmes ont été moindres de 395 millions de dollars par rapport au niveau prévu lors des derniers budgets.

Les impôts sur le revenu et la taxe de vente ont rapporté moins que prévu, puisque la reprise économique n'a pas été aussi soutenue qu'anticipé.

Selon le ministre Marceau, le bilan est bon compte tenu de l'état des finances publiques à la fin du mandat des libéraux. « Cela témoigne de nos efforts pour redresser les finances du Québec », a affirmé le ministre en point de presse.

Quant à la dette brute, elle était inférieure de 1,9 milliard de dollars au 31 mars 2013 par rapport à ce qui avait été estimé initialement.

« L'écart s'explique par une facture d'immobilisation moins élevée que prévu et une variation favorable des postes comptables », a-t-il expliqué.

Le gouvernement conclut la commission Charbonneau a un effet sur les finances du gouvernement, le coût des infrastructures ayant diminué d'un milliard de dollars.

« La facture de nos immobilisations est réduite et cela s'explique par l'effet de la lutte à la corruption sur les prix de nos immobilisations. La lutte à la corruption, c'est payant pour les Québécois », ajoute Nicolas Marceau.

Le total des revenus s'établit à près de 88 milliards de dollars pour 2012-2013, soit une révision à la baisse de 2,73 milliards de dollars ou de 3,0 % comparativement au budget.

Les dépenses consolidées, quant à elles, s'élèvent à 90,5 milliards de dollars, soit une révision à la baisse de 0,5 milliard de dollars ou de 0,6 % par rapport à la prévision du budget.

Mise à jour économique

Le ministre Marceau a notamment annoncé que son gouvernement présentera sa mise à jour économique fin novembre ou début décembre. L'opposition officielle a réclamé à plusieurs reprises ces dernières semaines la présentation d'une mise à jour économique de la part du gouvernement Marois. Elle demandait aussi que le vérificateur général puisse analyser cette mise à jour avant qu'elle ne soit présentée.

Verte critique du Parti libéral

L'opposition libérale n'a pas tardé à critiquer vertement le bilan péquiste, le député Pierre Paradis déclarant : « Nos craintes étaient plus que fondées et la situation est pire que celle que nous avions anticipée. Au 31 mars, les revenus de TVQ sont en baisse d'un milliard de dollars. Les revenus de l'impôt pour la même date sont en baisse de 700 millions. Le plus inquiétant, c'est que depuis le 31 mars, la situation économique du Québec s'est grandement détériorée. »

« Le gouvernement tente de cacher l'état réel des finances publiques à la population. Pire encore, le ministre des Finances tente d'interférer dans le travail du vérificateur général. D'ailleurs, c'est la première fois depuis cinq ans que le vérificateur général signe les états financiers accompagnés d'une réserve », d'ajouter le porte-parole libéral.

Équilibre budgétaire

Par ailleurs, Nicolas Marceau n'a pas voulu dire si les chiffres présentés jeudi auront un impact sur l'atteinte de l'équilibre budgétaire cette année.

Plus tôt cet automne, le ministre a laissé savoir que la faible croissance des revenus du gouvernement le forcera vraisemblablement à repousser sa promesse électorale d'atteindre l'équilibre budgétaire en 2013-2014.

Il indiquait que le ralentissement de l'inflation au Québec était principalement à l'origine de la faiblesse de la croissance des revenus de l'État.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.