Hausse des prix de l'essence et de l'électricité au Québec

Essence

Les Québécois devront payer davantage pour faire rouler leurs véhicules et se chauffer à partir d'aujourd'hui. La taxe sur l'essence augmente de 1 ¢ le litre pour une quatrième année consécutive, alors que de nouveaux tarifs d'électricité entrent en vigueur.

La hausse de la taxe sur l'essence, qui passe à 19 ¢ le litre, a été décrétée par le gouvernement libéral en 2010 et devait servir à financer les infrastructures routières et le transport en commun.

À l'époque, le CAA-Québec dénonçait cette mesure qui ne fait « qu'alourdir le fardeau des automobilistes ». « Cette augmentation de la taxe sur l'essence de 1 ¢ par année, échelonnée sur quatre ans, et soumise par ailleurs à la hausse de la taxe de vente du Québec, aura un impact au bout du compte d'environ 6,5 ¢ sur le prix du litre d'essence », indiquait alors le CAA.

La taxe sur le mazout non coloré subit quant à lui une hausse de 10 ¢.

Hausse des tarifs d'électricité

Il en coûtera aussi plus cher pour se chauffer à partir d'aujourd'hui. La Régie de l'énergie a autorisé Hydro-Québec à augmenter uniformément ses tarifs de 2,4 %.

L'augmentation accordée représente environ 30 $ en moyenne par année sur une facture d'électricité pour un client résidentiel.

À la suite de l'adoption du budget Marois qui exigeait un meilleur rendement de la société d'État dans sa volonté de faciliter le retour à l'équilibre budgétaire, Hydro-Québec avait demandé le droit de hausser de 3,4 % ses tarifs.

Dans sa mise à jour économique, le ministre québécois des Finances, Nicolas Marceau, a chiffré à 100 millions de dollars le manque à gagner de la société d'État en raison de cette décision. Malgré cette baisse de revenu, Hydro-Québec devra verser 2 milliards de dollars à Québec en 2013-2014, comme prévu dans le budget.

« Hydro-Québec devra dégager des revenus pour compenser le manque à gagner », indique la mise à jour économique présentée le 28 mars.

En complément

Info en continu Afficher le fil complet

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook