Le Canada subirait l'impact des coupes budgétaires aux États-Unis

Frontière canado-américaine  Photo :  iStock

Le Canada ressentira les conséquences économiques et politiques si le Congrès américain est incapable, la semaine prochaine, d'éviter ce qui est connu sous le nom de « séquestration », soit un ensemble d'importantes compressions budgétaires automatiques dans plusieurs agences et départements fédéraux visant à réduire le déficit américain, qui atteint les 16 000 milliards de dollars américains.

Jeudi, des compressions de 85 milliards pour cette année financière seulement doivent entrer en vigueur. Au total, cette séquestration représenterait des coupes de 1200 milliards d'ici 2021.

Pour les Canadiens, cela signifierait que les virées de magasinage au sud de la frontière s'accompagneraient de longs délais d'attente aux douanes.

Les exportateurs canadiens, pendant ce temps, devront eux aussi gérer des temps de traitement des marchandises plus importants.

« Par-delà la frontière », le plan canado-américain visant à partager des informations, faciliter et accélérer les échanges commerciaux transfrontaliers, ainsi qu'harmoniser les normes réglementaires, pourrait également être mis de côté, alors que les services frontaliers américains devraient supprimer l'équivalent de 8000 postes.

Cette agence fédérale américaine est déjà allée de l'avant pour prévoir la mise en place de la séquestration, se préparant à réduire les heures travaillées de l'équivalent de plus de 5000 postes d'agents frontaliers et de 2750 inspecteurs.

Ces compressions imposeraient jusqu'à cinq heures d'attente supplémentaires aux principaux points de passage entre les deux pays.

L'association des Manufacturiers et exportateurs du Canada (MEC) met en garde contre des répercussions rapides et importantes.

Dans une note envoyée cette fin de semaine à ses membres, MEC a souligné qu'il n'existe pas de preuve qu'un quelconque plan de contingence a été établi entre Ottawa et Washington alors que la séquestration approche, même si des responsables continuent de mettre au point le plan d'action de deux ans Par-delà la frontière.

Birgit Matthiesen, la principale conseillée de MEC sise à Washington, dit craindre que les démocrates et les républicains soient favorables, cette fois, au fait de permettre aux compressions d'entrer en vigueur pour pousser les Américains sur le bord d'un précipice fiscal.