Profiter de baisses d'impôt sans réinvestir

Un entrepôt

Une étude publiée mardi par le Congrès du travail du Canada (CTC) avance que les entreprises du pays profitent de réductions d'impôt sans investir dans la productivité et l'emploi.

L'organisation syndicale affirme que les entreprises ont plutôt accumulé des liquidités ou s'en sont servies pour verser des rémunérations plus élevées aux PDG.

Selon son analyse, les impôts des entreprises ne représentaient que 8,3 % de ce qui était prélevé par le gouvernement fédéral et les provinces en 2011, comparativement à 8,8 % en 2010 et environ 11 % dans les années 1960 et 1970.

Les sociétés ont notamment bénéficié d'une réduction du taux d'imposition fédéral des sociétés, qui est passé de 28 % en 2000 à 15 % aujourd'hui. Les taux provinciaux ont également diminué, mais pas de façon aussi spectaculaire.

Le CTC soutient qu'une bonne part de l'argent ainsi économisé a servi à engraisser les comptes bancaires des entreprises et à payer des salaires plus élevés à leurs dirigeants.

De 2010 à 2011, les réserves de trésorerie ont ainsi augmenté de 72 milliards de dollars, tandis que le gouvernement fédéral faisait état d'un déficit de 33 milliards de dollars.

info en continu

L'économie avec Gérald Fillion

Facebook