Le prix des aliments a reculé en 2012

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Une allée de supermarché Une allée de supermarché  Photo :  AFP/Spencer Platt/Getty Images

Malgré la sécheresse qui a fait flamber les prix des céréales l'été dernier, les prix alimentaires mondiaux ont reculé de 7 % en 2012 selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L'indice des prix alimentaires, calculé sur un panier moyen de denrées de base, a reculé pour un troisième mois de suite en décembre, de 1,1 %. Pour 2012, l'indice s'établit à 212 points, soit 7 % de moins qu'en 2011.

Selon l'organisme, le recul des prix des aliments s'explique surtout par la chute de 17,1 % des cours du sucre, de 14,5 % des prix des produits laitiers et de 10,7 % des prix des huiles. La baisse des prix des céréales a été plus modeste, à 2,4 %, en raison de la pire sécheresse en 50 ans aux États-Unis, qui a ravagé les récoltes de maïs et de soja.

Après avoir frôlé des sommets en juillet, les prix des céréales se sont repliés surtout en raison de la chute de la demande pour les utilisations industrielles et pour nourrir les animaux. Selon la FAO, l'abondance des stocks de maïs destinés à l'exportation en Amérique du Sud a détendu les marchés, tandis que les cours du riz ont fléchi du fait de bonnes perspectives de récoltes.

« Ces résultats montrent un renversement de la situation qui prévalait en juillet dernier lorsque les cours en forte hausse firent craindre une nouvelle crise alimentaire », précise dans un communiqué Jomo Sundaram, responsable du Département du développement économique et social à la FAO. Grâce à « l'atonie de la demande dans une économie internationale stagnante, l'envolée des cours fut de courte durée et les marchés se calmèrent de sorte qu'en 2012 les prix sont tombés au-dessous des niveaux de l'année précédente », ajoute M. Sundaram.

La chute des prix des céréales pourrait se poursuivre en 2013, selon les économistes de la Rabobank, une coopérative néerlandaise au service de l'industrie agricole. « La faiblesse de la croissance économique et les incertitudes vont peser légèrement sur la demande de produits agricoles en 2013. Nous attendons une baisse des prix de l'ordre de 10 % entre le premier et le quatrième trimestre de 2013 », explique l'institution.